Kinshasa en veut-il aux chefs miliciens de Walikale ? C’est en tout cas ce que semble s’en convaincre une majeure partie de la communauté autochtone de ce territoire du Nord-Kivu, niché à quelque 130 km de la ville de Goma. Et pour cause : l’étau judiciaire qui se resserre autour des leaders des groupes armés de cette partie du pays. Après le procès ouvert le 27 novembre 2018, à Goma, contre Sheka Ntabo Ntaberi, le chef de Nduma Defence of Congo (NDC), c’est désormais au tour de Guidon Shimirayi Mwissa, son ancien responsable des opérations devenu depuis chef de son propre groupe armé, NDC-Rénové, de se retrouver dans le viseur de la justice militaire.

« Participation à un mouvement insurrectionnel », « crime de guerre par conscription » et « crime contre l’humanité par viol ». Le mandat d’arrêt émis, début juin, à l’encontre de Guidon Shimirayi énumère ainsi les charges pour lesquelles cet ancien officier de l’armée congolaise est recherché. Le document de l’auditorat militaire supérieur près la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu précise que Guidon aurait commis ces actes « pendant la période allant 2009 à 2014 » alors qu’il « travaill[ait] sous les ordres du chef de guerre Ntabo Ntaberi dit Sheka (…) », mais aussi « pendant la période allant de 2014 à ce jour ».

À Kinshasa, personne autour du nouveau chef de l’État n’a accepté s’étendre sur le sujet. Certains disent même ne « pas être au courant » de l’affaire quand d’autres nous renvoient quasi systématiquement à l’auditorat militaire du Nord-Kivu. Ce serait, selon eux, la structure compétente pour apporter des précisions sur la question. Mais est-ce ce parquet militaire a-t-il décidé seul, sans consulter les autorités nationales ? Non, si l’on en croit trois hauts responsables de l’armée proches du dossier que nous avons contactés. Pour eux, la traque des seigneurs de guerre de Walikale ne seraient qu’une première étape d’une stratégie globale : tous les autres chefs des groupes armés dans le Nord-Kivu seront concernés, nous assure-t-on.

Une garantie sans doute destinée à rassurer certaines organisations de la société civile de Walikale qui lèvent déjà la voix pour dénoncer le mandat d’arrêt émis contre le chef milicien et leader du NDC-R. En filigrane le sentiment d’injustice dans les efforts d’éradication des groupes armés nationaux : on s’attaquerait ainsi, selon elles, aux « groupes d’auto-défense » d’une seule communauté, sans inquiéter les autres milices qui pullulent dans la province. « Si Walikale a toujours résisté contre toutes les menaces extérieures visant l’extermination de ses autochtones, c’est grâce au volontariat de ses vaillants fils qui n’acceptent jamais toute forme de criminalité ou d’occupation sur la terre de leurs ancêtres », clament d’ailleurs les responsables des communautés de Walikale (Bunakima et Kano) et celui de la Coordination territoriale de la société civile (Sociwa) dans un communiqué de presse conjoint publié le 9 juillet.

Comment comprendre ce soutien apparent des organisations de la société civile locale à un chef milicien soupçonné de graves crimes ? Même si d’autres activistes locaux n’ont cessé, en revanche, de dénoncer les abus de Guidon. « Comme le gouvernement [central] a longtemps tourné le dos à Walikale – abandon caractérisé par l’absence de l’autorité de l’État dans le territoire -, les groupes armés locaux qui ont combattu les FDLR [Forces démocratiques de libération du Rwanda] sont considérés comme des libérateurs, nonobstant les crimes et autres bavures qu’ils commettent sur cette même population civile. Et Kinshasa a, pendant une période donnée, considéré lui aussi certains de ces groupes armés et les FDLR comme bases arrières alliées aux Forces armées de la RDC pour contrer les velléités du Rwanda et de l’Ouganda », tente d’expliquer un élu du territoire. « L’équipement militaire de Guidon laisse penser d’ailleurs qu’il bénéficiait d’un appui étatique », conclut-il.

D’après nos précédentes recherches, Guidon a en effet collaboré d’une manière extensive avec les FARDC dans les territoires de Lubero, Masisi et Walikale. Ce qui lui a d’ailleurs permis de monter en puissance entre 2015 et 2019. Et cette « poursuite de la collaboration entre le NDC-R et les FARDC » est détaillée de nouveau dans le rapport final du Groupe d’experts onusiens sur la RDC, rendu public le 7 juin 2019. « Des sources locales et des membres de la société civile ont indiqué que le colonel Yves Kijenge, haut-gradé du 3411e régiment des FARDC, basé dans la région de Kitchanga, aurait livré des armes et des munitions à des combattants du NDC-R », peut-on lire dans ce document.

« Un témoin a vu Kijenge remettre au moins 10 caisses de munitions à des éléments du groupe armé en janvier 2019, à Kalembe. De plus, un soldat des FARDC placé sous l’autorité de Kijenge a dit au Groupe d’experts qu’en mars 2019 sa hiérarchie lui avait donné l’ordre de ne pas s’opposer aux déplacements des combattants du NDC-R et qu’il avait récemment laissé librement passer Guidon, le chef de ce groupe armé », rapportent entre autres les experts onusiens.

Au sein de l’état-major de l’armée congolaise, l’on continue pourtant à nier tout soutien direct à Guidon. Un officier consulté persiste : « Ce qui se passait sur le terrain n’avait aucun rapport avec Kinshasa ». Pour lui, il n’y aurait donc que des complicités locales au sein des éléments de l’armée déployés dans la zone. Mais « tout le monde est justiciable », assure-t-il. Notre source, bien placée dans la hiérarchie militaire, laisse par ailleurs entendre que le mandat d’arrêt lancé contre Guidon n’est qu’une suite logique de l’audition de son ancien chef Sheka qui se trouve entre les mains de la justice militaire.

Outre cette corrélation avec l’affaire Sheka, Guidon ne s’est pas non plus fait beaucoup d’amis en tentant depuis bientôt une année d’étendre son influence au-delà de son fief de Walikale. Ces derniers mois, ses hommes se sont signalés dans des attaques dans le territoire de Masisi (où les éléments de NDC ont été souvent en cohabitation pacifique avec les FARDC) et dans le sud de Lubero. Leurs cibles : les FDLR et alliés (les Nyatura, les APLCS, …). Des offensives qui semblent perturber la situation de pré carré implicite instauré dans la région où chaque groupe armé prétend protéger sa communauté, sans jamais mettre en avant des intérêts économiques qui en découlent notamment lorsqu’il s’agit également du contrôle des carrés miniers dans des zones concernées.

Pour le moment, l’armée n’a toujours pas arrêté Guidon. Ce dernier bouge beaucoup et a été aperçu ces dernières semaines à Pinga, une localité de Walikale. Dans le coin, des soldats congolais censés exécuter le mandat d’arrêt à son encontre ferment les yeux. Mais, à Kinshasa, on assure que c’est le prévenu qui « ne se fait pas voir ». Dans son quartier général, Guidon, lui, se dit « frustré » par la tournure des événements et ne tarit pas des critiques envers la Monusco, la mission onusienne, qui, selon lui, aurait documenté des chefs d’accusation qui pèsent sur lui.

Va-t-il se rendre ? Rien n’est moins sûr. « Mais la meilleure stratégie contre les groupes armés locaux reste un programme DDR [désarmement, démobilisation et réinsertion] repensé », estime pour sa part le député Juvénal Munubo. « Le DDR doit être moins budgétivore mais efficient, en décentralisant par exemple les opérations : désarmer, démobiliser et réinsérer les ex-combattants dans leurs milieux d’origine, dans l’Est, au lieu de les placer pendant des mois à Kitona et Kamina sans une réelle réintégration », préconise cet élu de Walikale. Mais, Kinshasa ne dispose pas encore d’un nouveau programme DDR…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *