Patrick Muyaya : « Si nous ne mettons pas un terme aux groupes armés, notre mandat politique n’aura pas de sens »

Responsables des FARDC et de la Force de la Monuco le 31 août à Mwalika, un ancien bastion des ADF (Photo Monusco Force).

Ce billet de blog est une retranscription du cinquième épisode du podcast « Masolo ya Kati » du Groupe d’études sur le Congo (GEC), au cours duquel le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya, a été interrogé par le coordonnateur du Baromètre sécuritaire du Kivu, Pierre Boisselet, sur l’insécurité dans l’Est de la RDC. Le texte a été légèrement édité pour en améliorer la lisibilité.

Pierre Boisselet : L’état de siège a été instauré il y a plus de quatre mois maintenant. Quel est le constat, selon vous ? Diriez-vous que l’état de siège a rencontré certaines difficultés qui n’étaient pas prévues ? Considérez-vous que c’est un succès intégral ?

Patrick Muyaya : Le président de la République, après son élection, a fait du retour de la paix à l’Est une promesse ferme. Vous savez mieux que moi que cette situation d’insécurité dure depuis plus de 25 ans et qu’on n’a jamais véritablement trouvé les solutions. On a essayé beaucoup de choses, qui n’ont pas donné de résultats. Le président Félix Tshisekedi a pris cette mesure radicale, qui est du reste est prévue dans la Constitution, et qui prévoit que lorsque l’intégrité du territoire est menacée, on puisse recourir à un état de siège.

L’instauration de l’état de siège, qui était voulu par les populations meurtries pendant de longues années, était donc un impératif. Parce qu’il faut essayer toutes les solutions et toutes les pistes. Nous sommes satisfaits du fait que cette idée circonscrit le problème et nous permet de mieux le prendre charge. Ceci dit, nous savons que l’état de siège en lui même n’est pas la solution définitive au problème de l’Est, parce que les problèmes sont complexes. Ils sont d’ordre militaire, sécuritaire, économiques, sociaux, fonciers et miniers. Ce sont des problèmes qui sont transversaux.

Mais nous pensons commencer par la situation sécuritaire parce qu’il faut donner une thérapie de choc qui va nous permettre, en restaurant la sécurité, évidemment, de voir comment régler les autres problèmes. La vérité c’est que ces parties du territoire touchées par l’état de siège vivent une forme d’absence ou de faiblesse de l’autorité de l’Etat qui a permis à ces groupes armés de foisonner. Donc la décision du président de la République de proclamer l’état de siège illustre donc cette ferme volonté d’y arriver.

Quatre mois après, je ne saurai pas dire que nous sommes satisfaits parce que la satisfaction pour nous, comme gouvernement, c’est le retour de la paix. C’est de nous assurer que nos compatriotes de Beni et Bunia vaquent librement à leurs occupations. On va dire que nous connaissons des avancées. Nous n’avons jamais dit que l’état de siège mettrait fin de manière automatique à la situation d’insécurité ou aux différents massacres.

Aujourd’hui, vous voyez qu’il y a eu beaucoup de redditions. Et il y a un processus de désarmement qui a été mis en place. Il y a eu une réunion du comité de pilotage. Le triptyque que nous avons mis en place, opération militaire, sensibilisation des communautés et démobilisation des groupes armées, va nous permettre de connaître le succès.

Mais dans quelle mesure est ce que l’état de siège peut contribuer à la solution à problème ? Il a essentiellement donné tout le pouvoir provincial à des militaires. Mais est ce que c’est ça qui peut permettre de ramener la paix ? Si oui, par quel mécanisme ?

Les problèmes sont complexes et les motivations sont tout aussi diverses et multiples. On ne peut pas penser régler le problème des groupes armés si nous ne regardons pas bien les différents conflits fonciers, miniers ou tribaux. Ces conflits ont été exacerbés du fait que les gens ne se sentaient pas en sécurité.

La nature de la menace, des défis, ne permettait pas à des gouverneurs civils de disposer pleinement des ressources pour y faire face. Ceci dit, l’état de siège est une situation temporaire. Nous le renouvelons tous les quinze jours et avec une évaluation sérieuse au niveau de l’Assemblée nationale. Mais nous pensons qu’une gouvernance militaire, pour un moment donné, peut permettre de mieux circonscrire les menaces. Vous connaissez les militaires, leurs méthodes, la discipline et tout le reste.

Le grand défi que nous avons, il faut qu’on se le dise franchement, c’est que nous avons une armée qui est à l’image du pays, en crise. Lorsque nous avions lancé l’idée de l’état de siège, nous avons reçu beaucoup des résistances de la part de nos partenaires traditionnels qui disaient « mais pourquoi confier la gestion de ces provinces à l’armée alors que l’armée est considérée comme une partie du problème ? »

Ce n’est pas notre avis. Nous, nous pensons que l’armée est une partie de la solution, justement, et que très souvent, il y a une généralisation. Bien évidemment, il y eu des brebis galeuses. Mais regardez les efforts qui sont faits : on les juge, on les condamne, on des arrêtes, on les interpelle. Même en plein état de siège.

En même temps que nous faisons l’état de siège nous devons régler les problèmes de l’organisation de l’armée, nous devons regarder la chaîne d’approvisionnement en militaires, les rations, les capacités opérationnelles. Tout ça, c’est des choses qui se font en même temps, dans un contexte où l’enveloppe budgétaire est assez réduite. 

Il y a aussi un volet diplomatique. Nous avons des voisins rwandais et ougandais. Des groupes comme les FDLR [Forces démocratiques de libération du Rwanda] et les ADF [Forces démocratiques alliées] constituent une menace à leur sécurité. Le président, qui s’est installé trois semaines dans l’Est, a eu l’occasion de discuter avec ses homologues sur ces sujets, pour voir comment on peut commencer à prendre en charge ces questions à leur niveau. 

Justement, le président ougandais Yoweri Museveni a donné une interview à France 24, dans laquelle il a dit que son armée était prête à intervenir au Congo pour traquer les ADF et qu’il n’attendait plus que l’annonce du gouvernement congolais pour le faire. Est ce que vous confirmez que ce projet est dans les cartons ?

Il y a des discussions qui existent. Je vous ai dit que le président de la République a discuté avec le président Museveni. Les ADF, sont une menace conjointe. Ils circulent à la fois chez nous et ils vont en Ouganda. Je crois que nos armées discutent et font du partage de renseignements. C’est déjà une forme de collaboration. Mais l’idée de troupes ougandaises de venir opérer dans notre contrée, cette option n’a pas été levée. N’oubliez pas qu’il y a la Brigade d’intervention de la Monusco. 

L’idée n’est pas d’amener des armées étrangères à faire la guerre sur nos territoires. Nous n’en gardons pas de bons souvenirs. Mais l’idée, c’est de dire parce que c’est une menace conjointe, nous travaillons avec eux sur des options. Pour l’instant, ce n’en est pas une. 

Donc vous n’excluez pas que ça puisse peut être le devenir…

La situation est évolutive avec le terrorisme. Je ne saurai pas vous dire qu’on n’y arrivera pas. L’idéal pour nous, c’est que c’est à nous de faire cette guerre. La Monusco est là depuis vingt ans. Mais on ne va pas demander aux Casques bleus indo pakistanais de venir mourir dans nos forêts. Il faut qu’on soit réaliste. Ceci dit, il n’est pas exclu que nous puissions collaborer avec la Monusco de manière étroite pour voir dans quelle mesure on avance pour mettre fin à cette menace. Le terrorisme, c’est un cancer qui se métastase.

On a appris qu’un accord a été signé avec le Rwanda concernant l’exploitation de l’or. Est ce que ça rentre aussi dans le cadre de la politique sécuritaire ? La RDC n’a-t-elle pas la capacité de transformer la production des mines d’or qui se trouvent sur son territoire?

Vous savez, la frontière RDC-Rwanda, c’est la frontière la plus fréquentée au monde après la frontière Etats-Unis – Mexique. Avant le Covid, c’était 60 000 personnes par jour. Ça veut dire que les populations, pour collaborer, n’ont pas besoin que les politiques s’entendent. 

Ce qui s’est passé, c’est qu’il y a eu des accords en marge de la visite du président rwandais à Goma. Les présidents sont partis visiter le site de l’éruption. A quelques kilomètres se trouvent les bastions des FDLR dans le Nyiragongo. Nous savons qu’il y a des problèmes d’ordre diplomatico-sécuritaires, mais nous savons aussi que les populations coexistent et font du business.

Donc, on a fait un accord sur la protection des investissements. Et puis, il y a eu cet accord, qui a été comme parrainé par les deux présidents, d’une entreprise rwandaise et d’une entreprise publique congolaise. Pourquoi ne ferait-on pas affaire avec le Rwanda ? Ce n’est pas que nous n’avons pas forcément les capacités, mais aujourd’hui, nous vivons dans un monde mondialisé. Si nous échangeons avec les Chinois et les Libanais, pourquoi n’échangerions nous pas avec les Rwandais ? Nous sommes liés parce qu’il n’y a pas des frontières naturelle entre nos pays. Traditionnellement, nos populations ont toujours été très proches.

Dans l’Est, le groupe le plus dangereux de loin, c’est ce sont les ADF. Leur stratégie peut être qualifiée de terroriste. Mais comment faire pour faire face à cette menace ?

Les moyens sont multiples, spécialement lorsqu’ils font du terrorisme. Les ADF occupent cette partie du pays depuis bien longtemps, depuis le maréchal Mobutu, il y a 20 ou 30 ans. Ils sont fondus dans la population, ils ont recruté des supplétifs. 

Dans la guerre classique, vous savez qu’il y a un front, vous y allez. Mais lorsque les gens décident d’utiliser des humains comme de bombes, exactement comme nous voyons des kamikazes ailleurs, c’est inquiétant.

C’est pour ça que nous nous considérons que la sensibilisation est une stratégie de taille qui peut nous permettre de mettre fin à cette guerre. Donc, autant on va combattre pour leurs sanctuaires identifiés,  comme Madina, autant nous devons faire fonctionner un réseau puissant de renseignement en territoire de Beni, en ville de Beni pour voir qui sont les relais, qui sont ceux qui sont prêts à se battre pour eux.

Nous comptons sur nos forces armées, nous comptons sur nos communautés locales pour pouvoir créer une dynamique qui permette de mettre fin à cette histoire des ADF.

Lorsqu’on regarde la chronologie, on se rend compte que ces massacres ont redoublé d’intensité à partir du moment où le président a déclenché l’offensive de grande envergure contre ce groupe, fin 2019. Alors, est ce que cette opération avait été suffisamment préparée pour que les civils soient protégés afin qu’ils n’aient pas à en subir les conséquences ? 

Ce n’est pas l’état de siège qui est à la base des massacres. Ce sont ces terroristes qui ont toujours opéré de la sorte. À chaque fois qu’il y a une offensive militaire de l’armée, ils s’en prennent à la population et ils font beaucoup de publicité sur ce qu’ils font. Ce qui fait que les gens ont l’impression que c’est parce qu’on a décrété l’état de siège qu’il y a des morts. Mais en réalité, s’il n’y avait pas d’état de siège, il y aurait des morts.

Notre armée se réorganise, notre armée va monter en puissance, notre armée va les combattre. Les problèmes dans l’armée sont en train d’être résolus. Nous pensons que nous allons y arriver. Lorsqu’on a instauré l’état de siège, de gens craignaient des violations des droits humains. Mais quatre mois après, je crois que ceux qui craignaient des arrestations, ou des restrictions des libertés ne les vivent pas. Aujourd’hui, ce qui est liberticide, ce qui est meurtrier, c’est la présence des ADF, c’est la présence de groupes armés. Nous, nous représentons l’Etat. Nous avons la volonté d’y mettre un terme parce que si nous n’y mettons pas un terme, notre mandat politique n’aura pas de sens.

Vous avez parlé de montée en puissance des opérations militaires. Il y a une chose un peu paradoxale dans nos observations c’est que, depuis l’instauration de l’état de siège, on ne voit pas d’augmentation de l’activité des FARDC. Elle a plutôt tendance à diminuer selon nos chiffres. Est-ce que en confiant des responsabilités civiles à l’armée, on ne l’a pas détournée de sa fonction ? Êtes-vous en capacité de nous dire à quelle étape on va voir plus de choses sur le terrain. Est ce que  qu’il y a des budgets qui ont déjà été débloqués ? A quelle date ?

Je crois qu’il y a un budget qui a été débloqué. On parle de 33 millions de dollars pour l’état de siège. Il y en aura encore davantage parce qu’on n’a pas le choix : il faut mettre fin à cette situation. Mais je pense aussi globalement que lorsqu’on a mis en place l’état de siège, on a mis un gouverneur militaire qui devrait s’occuper des opérations et on a mis un vice-gouverneur policier qui devait s’occuper du maintien de l’ordre. Mais l’administration existe. Et la plupart des conseillers des deux gouverneurs militaires étaient dans les gouvernements provinciaux. Par exemple, pour le cas du Nord-Kivu, le gouverneur Carly Nzanzu, même si il n’est plus gouverneur agissant, travaille étroitement avec le gouverneur militaire.

Les affrontements et les opérations se font en forêt. La plupart les bastions sont au fin fond du parc des Virunga, des zones où parfois, le gouverneur de l’Ituri nous l’a expliqué, il n’y a même pas un rayon de soleil. Est-ce qu’il faut commencer à faire la publicité de toutes les opérations, mettre des caméras pour montrer qu’il y a les opérations. La vérité c’est que nous avons des militaires qui meurent. Des militaires qui sont blessés, des militaires qui disparaissent. Quand nous étions à Béni ou en Ituri, nous avions visité des hôpitaux militaires avec le Premier ministre. Quelle n’a pas été notre peine de voir des militaires amputés, blessés, brûlés, dévisagés. Elle est cruelle cette guerre. Mais ce que je sais, c’est qu’il y a des opérations, qu’il y a des avancées. On parle des routes qui ont été ouvertes en Ituri, à Beni, la RN 4, la RN 27…

Elles sont encore attaquées malheureusement

Oui, mais ces routes sont attaquées de manière terroriste. Lorsque vous avez une colonne de 200 véhicules allant dans une direction, ceci veut dire que vous êtes exposés. Peut être faudrait-il jalonner un peu plus de militaires sur la région.

Mais je crois que lorsqu’une attaque de ce genre survient, ça nous permet à nous de réadapter notre stratégie pour faire face à ces types de menaces parce que nous avons choisi d’escorter les populations qui circulent entre les deux provinces pour être sûrs qu’ils sont sécurisés. C’est la motivation de départ. Nous y travaillons avec la Monusco. Malgré l’attaque qu’il y a eu, nous continuons. 

L’état de siège n’a-t-il pas été lancé d’une manière prématurée ? Vous nous expliquez à quel point, effectivement, il y a des FARDC qui souffrent et c’est incontestable. Tout le monde compatit avec ça. Il faudrait qu’ils soient plus nombreux, qu’ils soient mieux équipés. Est ce que ça n’aurait pas dû être fait avant le déclenchement de l’état de siège ? 

On ne pouvait pas attendre que nos populations continuent de mourir. Même si aujourd’hui, les gens ne voient pas encore le bien fondé de l’état de siège, nous, nous le voyons. Nous voyons qu’il y a des progrès. Vous savez que notre armée est en crise depuis bien des années. Il ne faut pas attendre du président Tshisekedi, malgré toute la volonté politique qu’il a, de créer une armée en deux ans. Nous devons faire avec la même armée. C’est sur cette armée là et c’est sur cette police là, malgré les problèmes, qu’il faut compter. On n’a pas le choix. En même temps il y a des unités qui sont en cours de formation, qui seront versés sur le front après reconditionnement.

Le président Tshisekedi, lors de sa dernière visite dans l’Est, a parlé de la mafia qui gangrène l’armée. C’est un discours assez nouveau, même si la réalité qu’il recouvre est ancienne. Cette mafia, elle remonte jusqu’où dans le système ? Est ce que ça se passe simplement sur le terrain ? Est ce que ça va plus haut ? N’y a-t-il pas certains militaires qui sont aujourd’hui à des postes haut placés à Kinshasa et qui mériteraient aussi d’être écartés ?

Le président de la République lui même, de manière d’ailleurs courageuse, l’a dit publiquement parce que nous estimons que nous n’avons rien à cacher. On travaille dans la transparence. Depuis les débuts de l’état de siège, vous avez vu tous les ministres, y compris le gouverneur de la Banque centrale, passer devant la commission des Finances à l’Assemblée pour justifier chaque dollar qui a été décaissé. Ceci dit, nous sommes arrivés dans un contexte où il existait des pratiques dans l’armée, des détournements, des effectifs qui ne correspondent pas à ceux sur le terrain…

Lorsque le président le relève, ça veut dire que nous avons l’avantage d’identifier le problème. C’est le début de la solution. Quelques jours après, vous avez vu l’Inspecteur général de l’armée se rendre sur place. Vous avez vu qu’on a procédé à des interpellations.

De cette manière là, nous réussirons progressivement à extirper les mauvaises troupes.

L’inspecteur général, sauf erreur de ma part, c’est le général Amisi, alias Tango four. Lui même est sous sanctions des Etats-Unis et de l’Union européenne. Il a été accusé par certaines enquêtes d’être mêlé à des réseaux économiques illégaux. Est ce que ce travail d’assainissement ne devrait pas justement commencer par remplacer quelqu’un comme cela ?

Si vous regardez bien l’armée, il y a beaucoup de gens qui ont été remplacés depuis l’arrivée du président. Il y a des efforts qui sont faits quotidiennement. Il y a peut être eu un ou deux officiers qui sont encore concernés par les sanctions américaines. Mais il ne faut pas mêler les deux. Il y a une enquête qui concerne l’état de siège spécifiquement et il y a d’autres éléments. Il y aura le temps de la justice. Si le général Amisi a été impliqué ou a été accusé je crois que le moment venu on tirera les conséquences. L’idée ici, c’est de dire nous devons être sûrs que dans notre armée, il n’existe plus de pratiques suspectes de corruption, de connivence avec les groupes armés et tout le reste.

Les efforts sont en cours pour démêler les maux que nous avons trouvés.

[Blog invité] Le NDC-Rénové détrône Guidon, qui avait détrôné Sheka

Le bastion de Guidon Shimiray se situait sur le territoire de Walikale (photo). Monusco / Kevin Jordan

Christoph Vogel est un chercheur et enquêteur spécialisé sur les groupes armés en RDC. Ancien membre du groupe d’experts du Conseil de sécurité des Nations unies sur la RDC, il travaille actuellement pour le Conflict research programme de la London School of Economics (Royaume-Uni) et à l’Université de Gand (Belgique).

 

Le 8 juillet au soir, près de Pinga, dans l’un de ses principaux quartiers généraux, le Nduma défense of Congo-Rénové (NDC-R) a annoncé la destitution de son commandant en chef, Guidon Shimiray Mwissa. Dans un communiqué signé par le porte-parole du mouvement, Désiré Ngabo, le NDC-R a annoncé que les adjoints de Guidon, Gilbert Bwira et Mapenzi Likuhe, prenaient la tête du groupe.

La formulation du communiqué est particulièrement frappante : elle recycle presque littéralement le texte de Guidon Shimiray de 2014, après avoir pris le contrôle de l’ancienne rébellion du NDC de Sheka Ntabo Ntaberi dans la région de Walikale au Nord-Kivu.

Comme un récent rapport du Groupe d’études sur le Congo (GEC) a tenté de le montrer méticuleusement, l’histoire du NDC-R est exemplaire pour comprendre les conflits et la mobilisation armée dans l’est du Congo. Le plus souvent, l’émergence, l’évolution et la disparition des belligérants dans cette région sont guidées par une combinaison de facteurs. Dans le cas du NDC et du NDC-R, il s’agit de l’imbrication des relations politiques, commerciales et sociales et de l’environnement géopolitique plus large dans lequel le mouvement a pu opérer. Bien que l’on ne sache pas encore très bien dans quelle direction le NDC-R se dirige et qui prendra sa tête, on peut tirer des enseignements intéressants de la trajectoire du groupe et de sa scission (plus ou moins) soudaine.

Grands ou petits, la plupart des groupes armés présents dans le paysage (in)sécuritaire très fragmenté de l’est du Congo – des décomptes récents suggèrent qu’on y trouve bien plus d’une centaine de belligérants clairement identifiables – sont sensibles aux développements qui se produisent dans leur environnement. Il peut s’agir de la politique locale et provinciale, du rôle et du positionnement des chefs coutumiers et des commandants de l’armée dans leur région et de nombreuses autres dynamiques. Dans le passé, le NDC et le NDC-R ont fortement réagi aux interférences extérieures dans l’élaboration de leur propre structure et stratégie. Les élites militaires, coutumières et politiques ont joué un rôle crucial en aidant Guidon et Bwira à prendre la relève de Sheka, et Mapenzi à quitter l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) de Janvier Karairi pour intégrer la plupart de ses troupes au sein du NDC-R. À en juger par cette tradition, il est très peu probable que Bwira et Mapenzi ait renversé Guidon sans un soutien similaire.

La grande question qui se pose désormais est celle de la force des troupes. Ni le GEC, ni les analystes congolais, ni le Groupe d’experts des Nations unies n’ont fourni de chiffres précis, mais on peut affirmer sans risque que le NDC-R compte entre 1000 et 5000 éléments (cette fourchette semble énorme, mais les décomptes plus précis ont tendance à être erronés comme le montrent de nombreux exemples passés), pris ensemble et incluant des alliés semi-autonomes tels que l’Union des patriotes pour la défense des innocents (UPDI-Mazembe) de Kitete Bushu. Quelle proportion de ces troupes (et leur approvisionnement respectif, leurs positions, etc.) peuvent rester fidèles à Guidon, et qui va passer du côté de Mapenzi et Bwira ? Il faudra surement plusieurs jours pour répondre à cette question.

À ce jour, la seule chose qui soit claire est que des combats fratricides ont éclaté dans un certain nombre d’endroits, notamment à Pinga, Mweso, Kashuga et près de JTN/Katsiru. Cette liste n’est peut-être pas exhaustive. Dans certains endroits, l’armée congolaise – qui n’est pas connue pour sa position particulièrement dure à l’égard du NDC-R dans le passé – affronte des unités du groupe. Dans d’autres endroits, la coalition qui lie les Nyatura du Coalition des mouvements pour le changement (CMC) aux Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et à l’APCLS, reprend des positions récemment perdues au profit du NDC-R. Comme lors d’autres scissions, il est probable qu’un grand nombre de combattants de la base ne savent pas nécessairement qui il vont rejoindre car c’est souvent le fruit du hasard et dépendant de l’affectation à tel ou tel endroit à un moment donné (ce qui a été le cas lorsque le Conseil national pour la renaissance et la démocratie [CNRD] s’est séparé des FDLR en 2016). Néanmoins, étant donné les rumeurs de longue date sur des dissensions internes et un affrontement imminents, certains préparatifs pourraient avoir été faits par les commandants des deux camps.

En attendant, les populations de Walikale, Masisi, Rutshuru et Lubero vivent dans une grande confusion après avoir vécu pendant des années sous un contrôle assez stable, semblable à celui d’une l’armée, caractérisé par le système de taxation illégale (le fameux système des « jetons ») le plus efficace mis au point par des acteurs non étatiques depuis l’époque des FDLR. Dans une région où les changements de contrôle et de modèle de gouvernance sont légion, le pouvoir du NDC-R représentait en de nombreux endroits une forme de stabilité – malgré la violence qu’il entraînait. Ce que nous pourrions voir dans les semaines à venir pourrait être soit :

  1. une atomisation du contrôle armé de la zone occupée par le NDC-R, si celui-ci s’effondre effectivement (cela dépendra du degré d' »intégration » et de l’importance du charisme de Guidon pour le mouvement)
  2. un scénario « d’impasse » dans lequel les deux factions pourraient continuer à s’affronter
  3. l’annihilation rapide d’une aile par l’autre.

Ces scénarios ne prennent pas en compte la réaction des FARDC (en particulier celle des unités qui ont été proches du NDC-R jusqu’à présent) ni celle d’autres groupes armés puissants (notamment le type d’alliance qui unit la coalition CMC/FDLR/APCLS aux Forces patriotiques populaires, Armée du peuple [FPP-AP], la branche de Mazembe qui critique le NDC-R et qui était auparavant alliée aux FDLR).

Si au cours du mois dernier, les combats entre la coalition élargie autour du NDC-R et celle autour du CMC et des FDLR à Rutshuru et Lubero ont semblé être un retour à la situation qui a prévalu tout au long de 2016, la scission du NDC-R pourrait provoquer une entrée dans un territoire inconnu en termes d’implications sécuritaires immédiates. Enfin, une dernière question est celle du sort de Guidon Shimiray lui-même : finira-t-il par être capturé et soumis à un procès militaire comme son prédécesseur Sheka ? Ou se réinventera-t-il lui-même et ses alliances sur le terrain ?

Ce billet de blog a été initialement publié en anglais sur le site suluhu.org.

Pourquoi les gardes du parc national des Virunga ont été tués

Deux gardes du Parc national des Virunga contemplent la lave du cratère Nyiragongo. MONUSCO/Abel Kavanagh

Au milieu de la forêt, les vastes chalets du Mikeno lodge sont les plus luxueux hébergements du parc national des Virunga, dans l’est de la République démocratique du Congo. Le soir, on peut y siroter du champagne au coin des cheminées. Le jour, on y côtoie des primates orphelins, élevés par les gardes du parc, et l’on s’élance à la rencontre des gorilles des montagnes dans leur milieu naturel. Le parc des Virunga est l’un des rares sur terre à abriter cette espèce emblématique en danger critique d’extinction.

En cette matinée du 24 avril, le lodge était pourtant vide de tout visiteur. Pandémie de nouveau coronavirus oblige, le tourisme est à l’arrêt depuis plusieurs semaines. Mais c’est un autre fléau qui allait frapper.

Vers 11 heures, des tirs d’armes de guerre déchiraient soudain le calme de la forêt. A quelques centaines de mètres des chalets, trois véhicules, dont deux des gardes du parc, étaient tombés dans une embuscade à Mahura. Les 30 minutes d’échanges de tirs laissent un bilan terrible : douze gardes du parc, leur chauffeur, ainsi que quatre civils sont tués. L’Institut congolais de conservation de la nature (ICCN) n’avait jamais subie d’attaque aussi lourde dans le parc des Virunga. 

Ses gardes sont pourtant habitués à l’adversité. Du mont Rwenzori, qui sert fréquemment de refuge aux Forces démocratiques alliées (ADF, une rébellion islamiste d’origine ougandaise), au volcan Nyiragongo, qui surplombe la ville de Goma, les 7 800 km2 du parc national des Virunga servent régulièrement de champ de bataille aux groupes armés, de route pour leurs circuits de contrebande ou encore de gisement de ressources pour leurs pillages. 

Cette adversité a justifié une course à l’armement dans les années 2010 avec notamment la création d’une « Quick reaction force » (QRF, ou Force de réaction rapide) de l’ICCN, une unité paramilitaire et parfois offensive composée de 270 gardes d’élite du parc. Ce faisant, et aussi noble que soit leur mission de préservation de la nature, les gardes du parc sont devenus, de fait, un acteur pris dans les conflits du Kivu. Le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST) a ainsi recensé 28 affrontements impliquant des gardes de l’ICCN depuis le début de ses relevés, en 2017. Cela ne représente sans doute qu’une partie du total. 

Il arrive aux gardes de coopérer avec l’armée congolaise dans des attaques qui peuvent faire des victimes civiles collatérales, comme contre les Mai-Mai Mazembe, le 23 mai 2019. « Le parc estime, à raison, que les gardes ne sont pas des cibles légitimes au regard du droit humanitaire international, mais le statut spécifique des QRF et le caractère de leurs opérations les place dans une zone grise », assure Christoph Vogel, chercheur à l’université de Gand (Belgique) et ancien membre du Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC.

Par ailleurs, un long et complexe conflit les oppose à certaines communautés locales, quant au tracé des limites du parc. Ce dernier occupe un quart des territoires de Beni, Lubero, Masisi, Nyiragongo et Rutshuru et prive certains agriculteurs d’accès à des terres qu’ils avaient pris l’habitude de cultiver. Ce conflit est particulièrement vif dans la zone de Nyamilima, même si l’ICCN a récemment autorisé temporairement les récoltes entre le 27 avril et le 26 juillet pour leur permettre de mieux faire face aux pénuries causées par la pandémie.

Les gardes de l’ICCN ne manquent donc pas d’ennemis. Surtout la QRF, la plus redoutée de ses unités, qui a été décimée lors de l’attaque. Les autorités du parc ont pourtant pu publier le jour même plusieurs communiqués très détaillés sur les circonstances de l’attaque subie. 

Le premier affirme que c’est en réalité le véhicule civil qui était la cible de cette embuscade. Selon nos informations, c’est un Toyota Prado TX blanc qui a été attaqué à l’arme de guerre (lance-roquettes RPG et mitrailleuse lourde PKM). Selon le communiqué, les assaillants ne seraient autres que les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda – Forces combattantes abacunguzi (FDLR-Foca). Plus précisément, il s’agirait d’une soixantaine de combattants du groupe Maccabé, anciennement connu sous le nom de Commandos de recherche et action en profondeur (Crap), une unité d’élite des FDLR. 

Les gardes de l’ICCN, qui passaient par là pour se rendre à leur quartier général de Rumangabo, n’auraient été que des victimes collatérales de l’embuscade et n’auraient à leur tour été visés que parce qu’ils tentaient de porter secours aux civils. Cette première version a été légèrement amendée dans le second communiqué, laquelle affirme seulement qu’un « véhicule civil se trouvait à proximité qui avait déjà été pris pour cible par les assaillants avant l’arrivée des gardes ».

Alors, pourquoi les FDLR auraient-ils attaqué un véhicule civil à l’arme de guerre ? Plusieurs sources, diplomatique, universitaire et de l’ICCN, ont précisé au KST le scénario. Selon ces dernières, les FDLR auraient reçu une information selon laquelle le colonel FARDC Claude Rusimbi, commandant adjoint chargé des opérations et renseignement du 3409e régiment, devait emprunter cette route, entre Goma et Rutshuru ce matin-là. Il est possible que les FDLR aient pris les gardes du parc pour son escorte.

Les FDLR avaient des raisons d’en vouloir personnellement à Rusimbi. Le 13 avril, un de leurs principaux bastions situé à Kazahoro, à quelques kilomètres du lieu de l’attaque, était en effet devenu la cible d’une vaste offensive de l’armée congolaise. Selon plusieurs sources, à la fois militaires et diplomatiques, des membres des forces spéciales de l’armée rwandaise (RDF) participaient secrètement à cet assaut. Or le colonel Claude Rusimbi fait justement partie des officiers congolais chargés de la coordination avec leurs homologues rwandais, selon plusieurs sources militaire et universitaire. Selon un membre de son entourage, ce colonel se savaient d’ailleurs visé par les FDLR. 

Qu’il s’agisse, ou non, de représailles ciblées contre Rusimbi, la responsabilité des FDLR paraît hautement probable. Elle est compatible avec l’armement et l’organisation connue de ce groupe armé, ainsi que la zone où ce groupe mène ses attaques.

L’attaque contre les gardes du parc des Virunga (étoile rouge) se situe dans une zone où les FDLR-Foca frappent régulièrement (autres couleurs : incidents dans lesquels elles sont impliquées, depuis juin 2017)

Outre l’ICCN, qui tient les FDLR responsable de l’embuscade, le président rwandais Paul Kagamé a également accusé ce groupe armé lors d’une conférence de presse le 27 avril (37e minute). 

Les FDLR avaient, de plus, des raisons propres de s’attaquer à l’ICCN. Ces rebelles soupçonnent régulièrement les gardes du parc de collaborer avec l’armée rwandaise pour les traquer. De plus, selon plusieurs rapports d’experts de l’ONU pour la RDC une de leurs principales sources de financement est le commerce et la taxation du « makala », le charbon de bois obtenu notamment en brûlant illégalement des arbres à l’intérieur du parc. Cela les place, de fait, en conflit avec l’ICCN, et notamment sa QRF.

Les FDLR ont toutefois avancé une autre théorie : selon elles l’armée rwandaise serait responsable de l’attaque. Mais ce scénario semble alambiqué : l’ICCN aurait menti sciemment, en accusant à tort les FDLR, afin de les diaboliser pour justifier, a posteriori, la présence des RDF sur le sol congolais. Pareil complot, impliquant plusieurs acteurs différents, parait difficile à mettre en œuvre.

« Le communiqué des FDLR était totalement déconnecté de la réalité des faits, assure aussi un bon connaisseur du groupe. Il n’a été publié que pour répondre aux autorités rwandaises dans la guerre médiatique qu’ils se livrent. ».

« Des membres des FDLR reconnaissent en privé être responsables de cette attaque, assure pour sa part Christoph Vogel. Selon eux, il s’agissait d’une « « erreur » » et ils affirment que leur cible était Rusimbi. »

Qui vole l’argent des FARDC ?

En cet après-midi du 20 février, la jeep verte de l’armée congolaise fonce sur la RN2, entre Goma et Rutshuru-Centre. A son bord, sept soldats des FARDC et un précieux chargement : les soldes du 3416e régiment. Plus de 100 000 dollars, cash. 

Mais à l’approche du village de Rwaza, le convoi est stoppé net. « Des assaillants avaient mis en place un bouchon sur la route et s’étaient positionnés pour bloquer l’arrivée des renforts, détaille un officier des FARDC, dans son bureau du siège de la 34e région militaire, à Goma. Quand la jeep est arrivée ils ont mis en place une contre-retraite pour empêcher la fuite. Aucun passager n’a survécu. C’était du travail de professionnel ». 

Peut-on imaginer que pareille embuscade se soit produite sans complicités au sein de l’armée ? Une enquête a, depuis, été confiée à l’auditorat militaire. Mais déjà, le porte-parole du secteur opérationnel Sukola 2, le major Guillaume Ndjike, accuse les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR-Foca). Elles seraient, selon lui, les principales forces ennemies à opérer dans la zone.

Pourtant, l’analyse des données du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST) suggère que Rwaza ne fait pas partie de la zone d’opération de ce groupe depuis au moins six mois. Les environs du village ont en revanche été touchés à plusieurs reprises par des incidents impliquant notamment les FARDC et la milice Nyatura FDP (Forces de défense du peuple), alliée aux FDLR.

L’étoile rouge représente le lieu de l’embuscade du 20 février et les points de couleur les incidents enregistrés par le KST au cours des six mois précédents.

Quels qu’ils soient, les assaillants se sont volatilisés dans le parc des Virunga avec le magot. Ne restait que la rancœur des soldats, privés de leur maigre salaire. Elle s’est violemment exprimée dans les heures et les jours qui ont suivi : des FARDC ont mené des représailles indiscriminées tuant quatre civils – tous issus de la communauté hutu – entre le 20 et le 23 février selon les données recueillies par le KST. 

A la 34e région militaire, on ne nie pas que des civils aient pu être tués en marge de l’embuscade. Mais, selon notre officier il s’agit exclusivement de victimes collatérales des échanges de tirs. 

Reste que l’affaire embarrasse. D’autant que c’est la deuxième fois en moins d’un mois, sur le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu), que des militaires se soulèvent pour réclamer leur dû. La fois précédente, c’était à Nyanzale, le 27 janvier, après que des soldats du 3407e régiment aient accusé leur commandant d’avoir détourné une partie de leurs rations alimentaires. Les militaires avaient fait « grève », tirant en l’air et refusant d’intervenir lors d’un kidnapping. Cette attitude a tant énervé les habitants qu’une journée « ville morte » a été déclarée dans cette localité le 28 janvier. Quatre personnes, soupçonnées d’être les ravisseurs, ont même été lynchées par une foule. Mais l’institution militaire nie, là aussi, tout problème. « Le commandant n’a rien détourné, explique le major Ndjike. Il a seulement pris une mesure pragmatique et bienvenue : les poissons congelés destinés aux soldats allaient pourrir avant de pouvoir être acheminés dans cette zone reculée. Il a donc décidé de les vendre pour acheter de la viande à la place. Un seul soldat s’est plaint a tiré sur un de ses amis. Il a été arrêté ».

Ces événements, spectaculaires, ne sont en réalité que la partie visible d’un phénomène bien plus vaste : l’incapacité chronique des FARDC à assurer une paie décente et régulière aux soldats. En cause, souvent, des détournements mis en œuvre selon plusieurs procédés, comme le prélèvement d’une partie de l’argent liquide destiné aux troupes par la hiérarchie, ou la déclaration par celle-ci d’effectifs bien supérieurs à la réalité, ce qui permet la captation de soldes destinés à des soldats fictifs.

Ces procédés – et notamment le gonflement des effectifs – ont été employés massivement dès la création des FARDC en 2003. A la fin de la deuxième guerre du Congo, cette armée a en effet été fondée par l’amalgame de troupes de plusieurs belligérants après la signature de l’accord de paix de Sun City : les Forces armées congolaises (FAC), le Rassemblement congolais pour la démocratie/mouvement de libération (RCD/ML) et national (RCD/N), le Mouvement pour la libération du Congo (MLC) et des groupes mai-mai. Chaque partie avait intérêt à augmenter artificiellement le nombre de ses combattants, pour exagérer ses forces – et ses capacités de détournement. Une évaluation, menée par l’Afrique du Sud, en 2004, avait ainsi estimé qu’entre 30 et 55% des membres des nouvelles FARDC étaient fictifs. 

Malgré les efforts d’amélioration du système, avec notamment la mise en place d’un recensement biométrique et la séparation de la chaîne de paiement d’avec la chaîne de commandement avec le soutien d’une mission de l’Union européenne (EUSEC) à partir de 2005, les problèmes ont perduré. Les vagues successives d’intégration de rebelles, parfois précipitées, comme celle du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) en 2009, ont contribué à maintenir confusion et inflation des effectifs. En 2011, le processus de « régimentation » (le passage d’une organisation de l’armée en “brigades” à une organisation en “régiments”), qui devait à son tour permettre d’éliminer les soldats fictifs, a de nouveau révélé l’ampleur du problème. Dans la province du Sud-Kivu par exemple, les 35 000 soldats officiellement enregistrés ont été réévalués à moins de 16 000

En 2012, le gouvernement du Premier ministre Matata Ponyo tenta à son tour de mettre fin aux détournements des soldes avec la mise en place de la « bancarisation ». Désormais, les soldats seraient payés directement sur un compte en banque plutôt que par leur hiérarchie. 

Si ce système, toujours en vigueur, a permis d’éviter certaines malversations et d’améliorer la ponctualité des paiements, il n’a pas réglé tous les problèmes. D’abord, tous les régiments n’en bénéficient pas. Ceux qui ont été récemment créés, ou ceux dont les positions sont éloignées de toute agence bancaire, peuvent continuer d’être payés en liquide. C’est notamment le cas du 3416e régiment, ce qui explique que leurs soldes, transportées physiquement, aient pu être dérobées lors d’une embuscade. 

Ensuite, les commandants peuvent être tentés de cacher leurs pertes afin de conserver le contrôle des soldes des militaires décédés ou déserteurs. « La bancarisation, qui devrait théoriquement empêcher cette pratique, est parfois contournée car les commandants peuvent fabriquer des procurations pour retirer l’argent, explique une source qui a longtemps travaillé pour une des banques prisées par les FARDC. Nous avions fréquemment des cas de veuves qui se plaignaient que les soldes de leur mari décédés étaient retirés sans qu’elles ne sachent par qui ». 

Enfin, seules les soldes sont à ce jour bancarisées. Les diverses primes restent versées en liquide. Et elles sont importantes : fonds opérationnels, fonds de ménage opérationnels, primes de commandement, fonds spéciaux de renseignement, fonds de conduite des opérations, fonds de soins et funérailles, fonds de ménage ordinaire… Dans sa thèse, publiée en 2015, la chercheuse Judith Verweijen en avait dénombré sept types différents, offrant autant d’opportunités de détournement. Au total, ces fonds représenteraient un volume plus importants que les soldes des militaires elles-mêmes.

Ce sujet est donc central pour Félix Tshisekedi qui mise sur amélioration des conditions de vie des soldats pour accroître sa popularité au sein de l’armée, avec laquelle il avait très peu de relations avant de devenir président.

Par ailleurs, l’ancien chef des renseignements militaires, Delphin Kahimbi, avait alerté, le 9 janvier, en pleine opération contre les Forces démocratiques alliées (ADF), qu’un « certain mécontentement » se faisait « sentir sournoisement » dans les rangs des FARDC, « dû au non-paiement des différentes primes et autres fonds (FM, FSR, etc) depuis près de trois mois, accentuant en quelques sortes la précarité de leurs conditions de vie » dans une lettre qui avait fuité.

Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Une augmentation de dix dollars mensuels est  entrée en vigueur en janvier 2020. Selon une source au ministère des Finances du Nord-Kivu, les soldats les plus modestes perçoivent désormais 156 000 francs congolais par mois, soit 92 dollars

Mais pour que ces mesures aient un impact – et donnent à Félix Tshisekedi un avantage, dans la lutte d’influence qu’il livre à Joseph Kabila – encore faut-il que cet argent parvienne aux destinataires.

De ce point de vue des efforts semblent avoir été fait depuis la dernière présidentielle. La loi de finance 2020 recense en effet environ 205 000 “traitements de base du personnel permanent” pour les “militaires, policiers, sécurité”, contre 221 000 l’année précédente, ce qui suppose qu’un certain nettoyage dans les listes des effectifs. 

Par ailleurs, des auditions de militaires ont été menées ces derniers sur la question des détournements de fonds. Ce fut le cas du général Fall Sikabwe, commandant de la 3e zone de défense, convoqué à Kinshasa, pour être interrogé sur des soupçons de détournements de fonds – fait relativement rare à ce niveau de hiérarchie.

Le président Tshisekedi semble être par ailleurs incités à agir en ce sens par les Etats-Unis, “partenaire stratégique pour la paix et la prospérité” de la RD Congo. Le 27 février, l’ambassadeur de Washington à Kinshasa, Mike Hammer, a ainsi twitté : “comme nous l’avons déclaré constamment, ceux qui sont corrompus, commettent des violations des droits de l’homme ou qui perturbent le processus démocratique doivent être tenus pour responsables”, lors de l’annonce de la suspension du chef du renseignement militaire des FARDC, le général Delphin Kahimbi.


Mais ces auditions et mises en garde suffiront-elles à assainir la gestion de l’argent des FARDC ? Judith Verweijen en doute. « La question du détournement des soldes n’est qu’une petite partie d’un vaste système de génération des recettes au sein de l’armée, explique-t-elle. Les commandants génèrent bien plus de revenus au moyen de trafics ou encore de taxations illégales, aux barrages routiers ou encore sur les sites miniers. Et ils doivent rétrocéder une partie de ces revenus à la haute hiérarchie qui les a nommés à ces postes. Ce système est donc profondément enraciné à tous les niveaux et je ne suis pas sûre qu’une amélioration de la paie des soldats puisse suffire à y mettre fin. »

Photo : 401kcalculator.org

Après la mort de Mudacumura, la fin des FDLR ?

Lorsque la réunion a commencé, le jour ne s’était pas encore levé sur Rwindi-Monument. En ce 18 septembre 2019, Sylvestre Mudacumura avait rassemblé plusieurs dizaines de ses hommes, parmi lesquels certains de ses plus proches collaborateurs, dans cette localité de la province du Nord-Kivu. Pendant ses 25 années de cavale, le chef militaire des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avait pris l’habitude de convoquer ses assemblées pendant la nuit.

Il n’est pas sorti vivant de celle-ci. Vers 5 heures du matin, cet ancien militaire hutu rwandais a été abattu pendant une offensive de ses ennemis. Fortement soupçonné d’avoir participé au génocide des tutsis de 1994, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2012 pour des crimes commis au Congo, il a fini sa vie à 65 ans, dans le territoire de Rutshuru, où se trouvait le dernier réduit de sa rébellion.

Les circonstances de sa mort restent mystérieuses à ce jour. Les militaires congolais l’ont-ils tué, comme ils l’ont affirmé ? A-t-il été trahi par certains de ses hommes ? Ces derniers l’ont-ils exécuté eux-mêmes pour éviter qu’il ne soit capturé ?

Certains éléments laissent penser que l’attaque ait été coordonnée avec le Nduma Defense of Congo – Rénové de Guidon Shimiray. Deux jours avant l’attaque, ses combattants ont en tout cas fait mouvement vers la zone selon des sources locales. Bien que recherché par la justice congolaise, ce chef de guerre collabore étroitement avec certains officiers de l’armée congolaise depuis plusieurs années  notamment dans le cadre de l’opération Sukola II, consacrée à la traque des FDLR. Ses troupes avaient précédemment tué d’autres commandants de ce groupe armé.

Sylvestre Mudacumura a été tué près de la  localité de Makomalehe (carte MSF)

Reste que, selon nos informations, ce ne sont pas les NDC-R qui ont tué Mudacumura. Selon deux sources militaires congolaises et deux sources de la société civile du KST, des forces spéciales rwandaises étaient par ailleurs présentes aux côtés des militaires congolais au cours de l’opération. Quel rôle ont-elles joué exactement ?

Interrogé à ce sujet par Le Monde, le président congolais Félix Tshisekedi a démenti leur présence tout en reconnaissant un « partage de renseignement » avec Kigali. Le président congolais s’est par ailleurs dit favorable à « des opérations conjointes » avec les armées de la région, mais a jugé hors de question l’octroi de tout « droit de poursuite » sur le territoire congolais.

Ces derniers mois, le KST avait toutefois déjà pu recueillir des éléments attestant la présence de forces spéciales rwandaises dans l’Est du Congo, même si celle-ci n’a jamais été officiellement reconnue. La mort de Mudacumura a, de plus, été annoncée par plusieurs sources et médias rwandais sur les réseaux sociaux avant même que l’armée congolaise n’en fasse état.

L’opération ressemble en tout cas davantage à un assassinat ciblé, menée grâce à un important travail de renseignements, qu’à une large offensive victorieuse sur les FDLR. Après la mort de Mudacumura, ce groupe armé a en effet été en mesure de continuer le combat contre les FARDC. Les militaires congolais n’ont, de surcroît, pas pu ramener le corps de Mudacumura, même s’ils ont pu capturer quatre rebelles. Présenté à la presse par les FARDC, l’un d’eux a d’ailleurs affirmé que l’objet de la dernière réunion de Mudacumura était de trouver un successeur à Ignace Murwanashyaka, le président de l’aile politique des FDLR, décédé en avril dernier.

Ce groupe armé, qui a été parmi les plus actifs dans l’Est de la RD Congo, parait aujourd’hui plus faible que jamais. La mort de Mudacumura intervient en effet après la neutralisation de plusieurs autres de leurs hauts cadres. Le chef des renseignements militaires Sophonie Mucebo, le général Leopold Mujyambere ou encore le porte-parole Laforge Fils Bazeye ont tous été arrêtés ces derniers mois. Cette rébellion ne disposerait, aujourd’hui, de moins d’un millier hommes selon les estimations des meilleurs spécialistes, contre 2000 à 2500 en 2016 selon le groupe d’experts des Nations-Unies. Les données du KST indiquent, par ailleurs, une forte décrue de leurs activités ces deux dernières années.

Nombre de victimes civiles



Nombre d’enlèvements

Nombre de kidnappings contre rançon

Faut-il pour autant en conclure à la fin prochaine de l’influence des FDLR ? Rien n’est moins sûr. La chute des activités criminelles de ce groupe a été en effet en partie compensée par la montée en puissance de certaines milices Nyatura. 

Nombre d’enlèvements par les Nyatura-Domi

Essentiellement composées de membres de la communauté hutu congolaise, ces milices ont été en grande parties formées par les FDLR et s’allient régulièrement avec elles, dans ce qui s’apparente à une nouvelle stratégie de lutte, plus indirecte, ainsi que l’explique un récent billet publié sur le blog du KST en anglais. Le Collectif de mouvements pour le changement (CMC) principale coalition Nyatura, a d’ailleurs affirmé avoir affronté la « coalition FARDC-RDF-NDCR » pendant les trois jours suivant la mort de Mudacumura et prétend leur avoir infligé de lourdes pertes. Selon des témoins oculaires, le CMC a de nouveau affronté le NDC-R près de Mweso (territoire de Masisi) le 23 septembre.

La mort de Mudacumura semble ainsi avoir remobilisé les FDLR et leurs alliés, qui se sont révélés particulièrement agressifs et imprévisibles. Elle risque aussi susciter des représailles de ce groupe armé contre les civils.

Enfin, d’autres rébellions hutu rwandaises issues de scissions précédentes avec les FDLR restent présentes dans l’Est congolais. C’est notamment le cas du Rassemblement pour l’unité et la démocratique (RUD) et du Conseil national pour le renouveau (CNRD). La menace reste considérée comme encore suffisamment sérieuse par gouvernement rwandais pour qu’elle ait contribué à sa brouille avec l’Ouganda, accusé de faciliter les contacts entre ces groupes et les groupe de dissident rwandais en exil du Congrès national rwandais (RNC).

Selon un communiqué interne, les FDLR ont par ailleurs désigné sans tarder un successeur à Mudacumura : Pacifique Ntawunguka, alias Omega. Moins directement associé au génocide que son prédécesseur, moins clivant pour la hiérarchie, il est également plus jeune et pourrait avoir à coeur de réunir les différentes rébellion hutu rwandaises.