Exactions, populations assiégées, tensions régionales : que se passe-t-il à Minembwe ?

Délégation de la Monusco à Fizi, un des territoires touchés par les récentes violences, le 16 mars 2019 (Monusco / Jacob de Lange)

« Génocide ». Ce terrible mot, qui résonne dans la région des Grands Lacs plus fort qu’ailleurs, a été de nouveau lancé, le 16 octobre, comme on jette un pavé dans des eaux déjà agitées. C’est ainsi que les représentants des Banyamulenge ont décrit la situation sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu dans un communiqué. Cette communauté d’éleveurs tutsi rwandophones, se dit visée par un plan d’extermination, orchestré par les groupes mai-mai Ebu-Ela, Aochi, Mulumba et Biloze-Bishambuke, alliés à des groupes de rebelles burundais. La situation est-elle vraiment celle-ci ? « Il n’y a pas de génocide »,  nuance une source à la Monusco. «En revanche, il y a eu un nettoyage ethnique des Banyamulenge et des autres communautés qui vivent dans la région de Minembwe ».

Depuis le début de l’année, le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST) a pu documenter 26 incidents violents commis par des groupes armés dans la zone. Douze ont été commis par des groupes mai-mai, deux par les rebelles burundais des Forces nationales de libération (FNL) et douze par des groupes armés Banyamulenge (Ngumino et Twiganeho).

Presque tous les Banyamulenge encore présents dans la zone sont désormais regroupés à Minembwe centre, commune désertée par toutes les autres communautés. Il y aurait ainsi quelques 25 000 déplacés dans cette seule localité, selon son bourgmestre adjoint. « Nous avons perdu plus de 100 personnes et plus de 35 000 vaches, qui sont le fruit du travail de plusieurs générations », assure un notable de la communauté.

Quel est le point de départ de ce cycle de violence ? Difficile de le définir, tant il s’inscrit dans une histoire longue. Les Banyamulenge sont une communauté d’éleveurs, originaires du Burundi et du Rwanda, et arrivés avec leurs troupeaux de vaches sur les hauts plateaux du Sud-Kivu dès le XIXe siècle. Les colonisateurs belges n’ont toutefois jamais créé de « chefferie » pour ce groupe semi-nomade, à la différence des communautés voisines de cultivateurs babembe, bafuliru et bayindu.

Après l’indépendance, ils ont été la cible de haine ethnique et de discrimination. Mais certains Banyamulenge ont participé à des abus, souvent au nom de l’autodéfense. Le rejet de cette communauté s’est notamment accentué pendant la première et la deuxième Guerre du Congo, lorsque certains de ses membres ont occupé des positions militaires et civiles importantes dans les rébellions violentes et profondément impopulaires au Sud-Kivu de l’AFDL (1996-1997) et du RCD (1998-2003). Après la fin de la guerre, la plupart des rebelles banyamulenge ont rejoint l’armée congolaise, mais plusieurs petits groupes sont restés sur les hauts plateaux, en particulier les Forces républicaines fédéralistes (FRF), affirmant que leur communauté avait besoin de protection. Dans une certaine mesure, ce fut une prophétie autoréalisatrice : leur présence servait alors de justification à la mobilisation de groupes Maï-Maï.

Pour la chercheuse Judith Verweijen, de l’université de Sheffield, le récent cycle de violences est ainsi l’aboutissement d’un processus à l’oeuvre « depuis au moins quatre ans ». « Cela a commencé avec des disputes sur le pouvoir coutumier dans la zone de Bijombo et la montée en puissance du groupe armé Banyamulenge Ngumino (« restons-ici » en Kinyamulenge). Peut-être trop confiant dans ses forces, il s’est mis à taxer brutalement la population locale. Cela a accéléré le recrutement des groupes d’autodéfense de la zone et a abouti à une première vague d’affrontements en 2015 et 2016 ».

Sur ce contexte déjà tendu vont se greffer des tensions régionales croissantes. Après la  candidature très contestée du président burundais Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, en 2015, les rébellions burundaises présentes au Congo ont connu un afflux de nouveaux combattants. Parmi elles, notamment, les FNL et la Résistance pour un Etat de Droit au Burundi (RED) – Tabara. Ces derniers sont soutenus par le Rwanda dès 2015, notamment en matière de recrutement et de formation, selon un rapport du groupe d’experts de l’ONU.

Mais cette zone devient bientôt la base d’une autre rébellion, hostile au Rwanda cette fois : le Congrès national rwandais (RNC) du dissident Kayumba Nyamwasa, exilé en Afrique du Sud. Selon un autre rapport du groupe d’expert des Nations-Unies sur la RD Congo, il s’installe dans la forêt de Bijabo, au Nord de Minembwe, et noue une alliance avec les combattants Banyamulenge Ngumino. Le même rapport indique que le Burundi sert alors de territoire de transit pour certaines de ses recrues.

Sur ce cocktail explosif arrive l’étincelle : le 21 février 2019, un Munyamulenge, Gady Mukiza, est investi premier bourgmestre de la commune rurale nouvellement créée de Minembwe. L’identité du ministre de la Décentralisation qui supervise ces réformes, Azarias Ruberwa, lui-même Munyamulenge, a contribué à accroitre la méfiance au sein des membres des communautés voisines. Pour leurs représentants, qui souvent dénient aux Banyamulenge leur nationalité congolaise ainsi que l’exercice de pouvoir local, c’est une provocation. Elle est très vite aggravée par une vague de violences commises par les Ngumino (voir graph ci-dessous).

Nombre de civils tués dans des attaques du groupe armé Ngumino

Une coalition constituée des milices mai-mai locales, appuyées par les rebellions burundaises FNL et Red-Tabara, se forme contre eux en mars, selon le député munyamulenge Moïse Nyarugabo. Selon deux sources locales (une de la société civile et une policière), cette coalition serait appuyée par des membres des forces spéciales rwandaises, notamment au travers de leurs alliés RED-Tabara. Pour Kigali, qui est en conflit avec une partie des leaders banyamulenge depuis de nombreuses années, la participation à cette opération présenterait aussi l’avantage de priver le RNC d’une base arrière. 

Deux événements documentés par le KST vont contribuer à attiser le cycle de violences qui se met en place. Le 4 mai 2019, les Ngumino assassinent le chef coutumier banyindu Kawaza Nyakwana. Cela provoque une flambée d’exactions, avec notamment des incendies de villages, jusqu’en juin. Puis, le 7 septembre, le chef Ngumino Semahurungure est assassiné dans le village de Tulambo, à plusieurs kilomètres de la ligne de front. 

Selon les sources locales précédemment citées, ainsi qu’une source militaire congolaise et une source militaire rwandaise, cette opération aurait été organisée avec l’appui, au moins en renseignement, de Kigali. Une source des renseignements de la Monusco interrogée par le KST n’a pas été en mesure de confirmer cette information, mais s’est étonné de cet assassinat « très éloignée des modes opératoires habituels des groupes mai-mai » et qui ressemble « étrangement » à l’assassinat, tout aussi mystérieux, du chef des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), Sylvestre Mudacumura.

Les Ngumino semblent en tout cas aujourd’hui affaiblis. L’essentiel des groupes armés banyamulenge encore actifs sont les Twiganeho (« défendons-nous » en Kinyamulenge), milices « d’autodéfense » qui se mobilisent traditionnellement lorsque la communauté est menacée.

La Monusco a depuis ouvert deux nouvelles bases provisoires à Minembwe. Mais un notable munyamulenge s’inquiète : « j’ai peur qu’il soit déjà trop tard et que la crise actuelle ait des conséquences irréversibles sur la coexistence pacifique des communautés dans cette zone ».