Les dialogues intercommunautaires ramèneront-ils la paix sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu ?

A Mikenge, sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu le 1er juin 2020. Photo Monusco / Alain Likota.

Un accord a été signé le 31 mars 2021 à Kinshasa, entre les représentants des différentes communautés présentes sur les hauts et moyens plateaux du Sud-Kivu. Modestes, les organisateurs du dialogue reconnaissent qu’il ne suffira pas à lui seul à ramener la paix. Mais est-on sur la bonne voie ?

Par Pierre Boisselet, coordonateur du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Le 31 mars se concluait, à Kinshasa, le « dialogue intercommunautaire pour la paix, la sécurité et le développement dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Mwenga et Uvira ». Pendant trois jours, celui-ci a réuni des « représentants » des communautés Babuyu, Banyindu, Barundi, Bavira, Babembe, Bafuliru et Banyamulenge à l’hôtel Béatrice, dans la capitale congolaise. Cette conférence concluait un processus mené par l’ONG internationale Interpeace, avec le soutien du Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO) britannique, pour faire baisser la tension sur les hauts plateaux du Sud-Kivu.

Zone instable

Cette zone instable depuis des décennies a connu un regain de violence depuis 2016, et surtout depuis 2018. Elle est le principal foyer de la communauté Banyamulenge, qui vit traditionnellement de l’élevage (la transhumance du bétail est régulièrement source de conflit) et parle une langue proche de celles parlées au Rwanda et au Burundi. Historiquement marginalisée et discriminée, cette communauté a vu certains de ses membres rejoindre le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame, puis des groupes armés soutenus par le Rwanda, tels que l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) et le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), dans les années 1990 et 2000, qui ont commis des exactions contre des civils du Sud-Kivu, parfois dans le cadre de conflits locaux.

Cela a contribué à renforcer la défiance et les discriminations à son égard et favorisé la création de groupes armés issus d’autres communautés, notamment de type Mai-Mai. A partir de 2018, la situation s’est à nouveau considérablement dégradée à la suite d’exactions commises par le groupe armé issu de la communauté banyamulenge « Gumino » (« restons-ici ») contre des civils, dont des chefs traditionnels d’autres communautés (comme le chef Munyindu Kawaza Nyakwana, assassiné), la présence de rebelles rwandais du Rwanda national congress (RNC) de Kayumba Nyamwasa dans la zone, et le décret confirmant la création de la commune rurale de Minembwe avec un bourgmestre munyamulenge à sa tête, qui devait ainsi échapper à l’autorité du groupement de Basimunyaka-Sud.

Nombreuses exactions

Une importante coalition de groupes armés, composée notamment des Mai-Mai Yakutumba, Ebu-Ela Mtetezi ou encore Biloze Bishambuke (issus de communautés dites « autochtones ») et des rebelles burundais de la Résistance pour un Etat de droit (RED-Tabara), que les autorités burundaises accusent d’être soutenus par le Rwanda, s’est formée pour combattre les Gumino. Ceux-ci ont commis de nombreuses exactions contre les villages banyamulenge, brûlant ces derniers, pillant leur bétail, et les forçant, de fait, à vivre dans quelques enclaves comme celle de Minembwe. De leur côté, les milices « d’autodéfense » Twigwaneho sont devenues le principal mouvement armé issu de la communauté banyamulenge, lequel a également commis des exactions toutes aussi nombreuses contre des civils d’autres communautés, provoquant également des déplacements. En août dernier, le Bureau de coordination humanitaire de l’ONU estimait à 110 000 le nombre de déplacés (toutes communautés confondues) dans la zone.

A partir de janvier 2020, Interpeace, une ONG internationale travaillant dans la résolution des conflits, a tenté d’apporter des solutions à ce problème, au moyen d’un processus communautaire. La réunion du 29 au 31 mars n’est, en effet, que l’aboutissement d’une séquence entamé au début de l’année dernière, incluant un accord de cessez-le-feu en mars 2020 (qui n’aura eu que peu d’effets durables sur le terrain) et des dialogues « intracommunautaires » .

D’après les conclusions de la réunion de Kinshasa, les représentants des différentes communautés ont constaté des convergences et des divergences persistantes, émis des recommandations et pris des engagements tels que celui de se « désolidariser des groupes armés étrangers », de « déposer les armes […] au terme d’un processus de cessez-le-feu » ou encore « de sensibiliser leurs populations respectives à éviter la détention d’armes et à oeuvrer à la paix et à la sécurité ».

Lire les conclusions du dialogue (PDF)

Des points assez généraux et peu précis, donc, qui ne désignent pas clairement les acteurs, les moyens ou le calendrier par lequel ils doivent être mis en œuvre. Les participants espèrent néanmoins que le gouvernement s’appuiera sur ce texte pour établir une « feuille de route » visant à ramener la paix. Pour avoir une chance, celle-ci devrait aller bien au-delà des recommandations, en incluant notamment une réforme de l’administration locale, des services de sécurité et un processus de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) fonctionnel.

Les résultats de l’accord de Kinshasa n’ont, en tout cas, pas été immédiatement visibles. Les représentants de la communauté Bavira ont rejeté les conclusions du processus, estimant qu’ils avaient été marginalisés. Et plusieurs incidents sécuritaires ont eu lieu dans la zone des hauts plateaux depuis, comme à Rubarati le 31 mars (affrontements entre Twigwaneho et groupes Mai-Mai), le 1er avril à Kitanda (une femme munyamulenge tuée) ou encore le 4 avril (nouvel affrontement entre Twigwaneho et Biloze Bishambuke).

Faiblesse des interventions pour la paix

A lui seul, ce dialogue ne ramènera donc pas la paix. Ce n’était d’ailleurs pas l’ambition des organisateurs. Mais est-ce un pas dans la bonne direction ? Les exemples passés sont peu encourageants. Entre 2006 et 2020, au moins 15 processus d’accords locaux ont été organisés dans l’Est du Congo, selon une étude de Claude Iguma Wakenge et Koen Vlassenroot parue en juillet 2020. Ces processus ont été mis en œuvre par des acteurs aussi divers que des ONG (Life and peace institute notamment), la Mission des Nations-Unies en RDC (Monusco) ou encore les agences de développement suédoises ou suisse. Mais aucun des territoires visés n’a retrouvé de paix durable. « L’échec général à rendre tangible les accords locaux révèle la faiblesse des interventions pour la paix dans l’Est du Congo », notent les auteurs.

Dans un rapport à paraître analysant le conflit sur les hauts-plateaux (intitulé « Mayhem in the mountains »), Judith Verweijen, Juvénal Twaibu, Moïse Ribakare, Paul Bulambo et Freddy Mwambi Kasongo sont plus critiques encore à l’égard de ce type de processus. Selon eux les « dialogues intercommunautaires peuvent involontairement aboutir à aggraver plutôt qu’atténuer les dynamiques de conflit et de violence ». Parmi les risques évoqués, celui de masquer les conflits internes, de renforcer l’attribution des violences aux communautés (plutôt qu’aux groupes armés eux-mêmes) et ainsi accroître la stigmatisation. Cette logique était visiblement à l’œuvre à l’hôtel Beatrice si l’on en croit certaines conclusions, comme par exemple l’accusation de « facilitation par les Barundi des migrations clandestines et infiltration des étrangers ».

« L’argument développé dans ce rapport est sans doute intéressant, mais dans une situation de crise pareille, les gens s’identifient très fortement à leur communauté » commente une source onusienne qui a souhaité garder l’anonymat. « On ne peut pas nier cette réalité et la forme intercommunautaire peut être utile ».

Interpeace a en tout cas tenté de tenir compte des écueils passés. Consciente des divisions au sein des communautés, l’ONG avait notamment organisé une série de dialogues « intracommunautaires » pour chacune des communautés en 2020 afin d’aplanir les différends et dégager des représentants consensuels. Cela avait toutefois eu certains effets pervers : la conclusion de la réunion intracommunautaire Bembe, en mars 2020, par exemple, a qualifié les Banyamulenge de « Rwandais soi-disant banyamulenge », ce qui n’allait pas dans le sens d’un apaisement.

Manque de coordination

En revanche, le processus a reproduit certains problèmes identifiés dans ces études antérieures, dont le manque de coordination entre les différentes initiatives. Pendant qu’Interpeace menait son processus sur les hauts-plateaux sous financement britannique à partir de janvier 2020, une initiative parallèle, voire concurrente, se développait pour obtenir un cessez-le-feu entre groupes armés du Sud-Kivu : le processus de Murhesa, mené par les ONG Search for common ground (SFC) et Initiative pour un leadership cohésif (ILC) avec des financements des Pays-Bas, de la Suisse et de la Suède, aboutissant à la signature d’un autre cessez-le-feu (également peu respecté) en septembre 2020. Un poste de coordonateur du « peacebuilding » au sein du forum des ONG internationales serait en cours de création pour tenter de résoudre ce problème.

Mais il en était d’autres, comme le déficit de participation des autorités. La plupart des « recommandations » des participants au dialogue s’adressaient ainsi au gouvernement national, comme la gestion du dossier de la commune rurale de Minembwe, la mise en place d’un processus de DDR, ou encore l’établissement d’une feuille de route. Tous les participants auxquels nous avons pu parler ont insisté sur le fait que ce dialogue ne pourra avoir d’effet positif qu’à condition que le gouvernement s’en saisisse. Or les ministres nationaux présents lors du dialogue (celui de l’Intérieur Gilbert Kankonde et de la Défense Aimé Ngoy Mukena) appartiennent à un gouvernement démissionnaire et pourraient être remplacés lors de la nomination du nouveau gouvernement.

Les prochains ministres de l’Intérieur et de la Défense transformeront-ils ces recommandations en programme d’action ? C’est incertain, et il aurait sans doute été préférable que ce dialogue se tienne sous l’égide du nouveau gouvernement. Or le financement octroyé par le FCDO pour ce projet se terminait le 31 mars, ce qui a précipité la tenue des assises. Des discussions ont bien eu lieu en vue d’un report de la fin du financement (et donc de la réunion) à mai, mais elles n’ont pas abouti. « La présidence a été impliquée et c’est d’ailleurs le chef de la maison civile du chef de l’Etat, Bruno Miteyo qui a modéré le dialogue », relativise une source au sein d’Interpeace. « Les futurs ministres seront briefés et poursuivront le processus ».

L’autre catégorie d’acteurs capable d’agir sur le conflit, ce sont les groupes armés eux-mêmes. Or dans le cas des discussions de Kinshasa, ils étaient très minoritaires parmi les invités, n’ont pris que des engagements vagues et surtout, sans qu’il soit certain que les délégués auront la capacité de les faire appliquer au groupe armé qu’ils étaient supposés représenter. Le groupe de Michel Rukunda, alias Makanika, devenu l’un des principaux acteurs armés des hauts-plateaux, récemment renforcés par l’arrivée d’ex-officiers des FARDC, n’était par exemple pas représenté. Selon une source proche des organisateurs, acheminer plus de représentants des groupes armés à Kinshasa présentait des difficultés juridiques et sécuritaires, or les autres participants avaient insisté pour une tenue dans la capitale pour impliquer les élites nationales.

Alors, le processus initié par Interpeace pourrait-il malgré tout engendrer des avancées ? Une des conditions serait que la Monusco, les groupes armés et le futur gouvernement congolais convergent pour se saisir de ses conclusions et les étoffer pour en faire une feuille de route complète, incluant les réformes profondes nécessaires pour sortir de cette situation. Ce dialogue n’était sans doute pas le dernier.

Les divisions entre Tshisekedistes et Kabilistes paralysent l’Etat dans l’est de la RDC

A Kanyaruchinya, près de Goma, le 15 juillet 2013 (Photo Monusco Sylvain Liechti)

La division entre le camp du président Félix Tshisekedi et celui de son prédécesseur, Joseph Kabila, empêche, pour l’instant, l’adoption d’une stratégie cohérente pour stabiliser l’est de la RDC.

Par Pierre Boisselet, coordonnateur du Baromètre sécuritaire du Kivu.

2127 civils tués, 1450 enlevés, 938 kidnappés… Le bilan enregistré par le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST) lors des vingt premiers mois de la présidence de Félix Tshisekedi est lourd. Plus lourd encore, même, que celui des vingt derniers de son prédécesseur, Joseph Kabila (1553 civils tués).

La différence s’explique principalement par la recrudescence de tueries perpétrées par les Forces démocratiques alliées (ADF). Ceux-là même que le président Félix Tshisekedi avait pourtant promis « d’exterminer définitivement » lors d’une « dernière offensive » en octobre 2019.

Pour accomplir cette promesse, et éliminer, plus largement, tous les groupes étrangers présents dans le Kivu, le président congolais avait d’abord tenté de mettre sur pied une coalition militaire régionale, avec l’organisation de plusieurs réunions des chefs d’Etatmajors à Goma des armées régionales en septembre et octobre 2019.

A l’époque, déjà, le Front commun pour le Congo (FCC), la coalition de Joseph Kabila, s’était opposé à ce projet. La profondeur des divisions entre le Rwanda d’une part, et l’Ouganda et le Burundi de l’autre, ainsi que l’opposition d’une grande part de l’opinion publique congolaise, avait fini par l’enterrer.

Qu’à cela ne tienne : le 31 octobre 2019, les FARDC, dont la plupart des généraux ont été nommés au temps de Kabila, ont lancé une offensive unilatérale de l’armée congolaise. La Monusco, qui n’avait pas été associée à sa planification, n’y a pas participé.

Un an après, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Malgré la reconquête annoncée de certains bastions des ADF, cette opération a largement échoué à mettre ce groupe islamiste hors d’état de nuire. Il commet même nettement plus de massacres depuis le début de l’offensive (plus de 640 civils tués lors d’attaques attribuées aux ADF depuis un an, contre 195 l’année précédente). Sur le terrain, l’offensive des FARDC est désormais largement à l’arrêt. Les militaires congolais semblent même devenus les cibles dans ce conflit : sur les huit affrontements entre FARDC et ADF enregistrés par le KST au mois d’août par exemple, les ADF étaient à l’initiative dans sept cas. « Lorsque le président a voulu lancer cette offensive, les généraux l’ont accepté car cela leur permettait d’obtenir les financements qui allaient avec », commente froidement un haut cadre du FCC au KST. « Mais ils n’y ont jamais vraiment cru ».

Cette offensive contre les ADF est une illustration, parmi d’autres, de l’absence de stratégie cohérente et coordonnée entre les différents responsables politiques congolais et internationaux pour stabiliser l’Est de la RDC. L’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi n’a pas permis, pour l’instant, de pallier cela.

A Kinshasa, une multitude d’institutions congolaises sont en effet appelées à jouer un rôle dans la politique orientale. Or celles-ci sont divisées entre la coalition du président et celle de son prédécesseur. Le ministre de la Défense, Aimé Ngoy Mukena, est ainsi un proche de Joseph Kabila. Mais le ministre délégué à la Défense, Sylvain Mutombo Kabinga, est un farouche partisan de Tshisekedi, tout comme le ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde. Le Mécanisme national de suivi de l’accord d’Addis-Abeba (MNS), qui doit en principe publier une feuille de route pour la stabilisation du pays, est pour sa part dirigé par Claude Ibalanky, un proche de Tshisekedi, issu de la diaspora, qui ne dispose pas d’une très longue expérience des conflits dans l’est de la RDC. « On ne sait pas qui est aux manettes » résume ainsi une source diplomatique européenne interrogée par le KST. Dans son discours à la Nation du 23 octobre, le président Tshisekedi a d’ailleurs cité « les questions relatives à la paix et à la sécurité nationale » en tête de la liste des « divergences qui persistent entre parties » de la coalition au pouvoir.

De fait, toutes les personnalités jouant un rôle dans l’est ne tirent pas dans le même sens. Cela a notamment été visible dans le cas des hauts-plateaux du Sud-Kivu, où un conflit oppose plusieurs milices issues des communautés Fuliru, Bembe, Nyindu et Vira à celles issues de la communauté Banyamulenge. Ce conflit, qui connait des cycles de violence à répétition depuis plusieurs décennies, a repris de plus belle depuis l’arrivée de Tshisekedi à la présidence : les principaux belligérants (Mai-Mai René, Ebu Ela, Biloze Bishambuke, Twirwaneho, Gumino et Makanika) ont tué au moins 81 civils depuis un an, en forte augmentation par rapport à l’année précédente (35 tués) selon les chiffres du KST.

En août, Tommy Thambwe Rudima, un ancien membre de la rébellion Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), s’est rendu sur les hauts-plateaux pour tenter de désamorcer le conflit. Ce collaborateur de l’ONG Interpeace était apparemment titulaire d’un mandat de la présidence, ce qu’une source au cabinet du chef de l’Etat a confirmé au KST. Pourtant, au MNS, une source interrogée par le KST disait tout ignorer de cette mission, au point de suggérer qu’il s’agissait probablement d’un usurpateur…

Mi-septembre, c’est le tshisekediste ministre délégué à la Défense, Sylvain Mutombo, s’est rendu à Murhesa, près de Bukavu, pour participer à des pourparlers entre groupes armés en partenariat avec les ONG Search for Common Ground (SFCG) et Initiative pour un leadership cohésif (ILC). Cette initiative a été notamment financée par les Pays-Bas, la Suède et la Suisse, mais a été critiquée par d’autres bailleurs ainsi que de nombreuses sources à la Monusco, qui la jugeaient prématurée. Parmi les participants se trouvaient des représentants des principaux belligérants des hauts-plateaux, qui ont fini par signer un très fragile cessez-le-feu le 16 septembre.

Pendant les jours qui ont suivi, un calme relatif a régné dans la région. Mais le 28 septembre, le ministre de la Défense, Aimé Ngoy Mukena, et le ministre de la Décentralisation, Azarias Ruberwa, tous deux membres du FCC, se sont rendus à Minembwe, où ils ont participé à l’installation officielle de Gad Mukiza, un Munyamulenge, au poste de bourgmestre de la commune rurale. Cette cérémonie, tenue alors les autres entités locales du Sud-Kivu demeurent en attente d’officialisation de leur statut administratif, a été perçue comme une provocation par une grande partie de l’opinion publique congolaise. Conséquence, Félix Tshisekedi lui-même est entré en jeu, lors de sa visite à Goma, le 8 octobre, en promettant « d’annuler ce qui a été fait » à Minembwe. Depuis le 19 octobre, de violents affrontements ont repris sur les hauts plateaux.

La rivalité entre le Cap pour le changement (Cach, coalition de Tshisekedi) et le FCC est également manifeste – et délétère – dans l’élaboration d’un nouveau programme de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). Alors que de nombreux groupes armés présents dans l’est de la RDC justifiaient leur combat par la présidence de Joseph Kabila au pouvoir, l’arrivée à la présidence de Félix Tshisekedi a suscité une réelle vague de démobilisations volontaires depuis le début de l’année. Ces combattants se sont, le plus souvent, retrouvés dans des camps de cantonnement. Mais faute de ressources allouées à ces camps, et notamment de nourriture, la plupart ont fui, et sont retournés dans le maquis.

Echaudés par les programmes de DDR précédents, qu’ils estiment avoir été inefficaces et non-transparents, les bailleurs n’ont, en effet, pas débloqué les financements espérés pour le « DDR 3 ». « L’Etat ne remplissait pas sa part du contrat, qui était notamment de nourrir les combattants cantonnés », explique une source proche du dossier.

Félix Tshisekedi a donc promu une nouvelle approche : le DDR dit « communautaire ». Celle-ci a été initialement lancée par les gouverneurs des provinces du Sud et du Nord Kivu, rejoints par l’Ituri, et coordonnées par Clovis Munihire, sous le sigle « CIAP-DDRRRC », pour Commission interprovinciale d’appui au processus de désarmement, démobilisation, réinsertion, réintégration et réconciliations communautaires. Ses promoteurs souhaitent notamment changer de méthode, en évitant, par exemple, l’étape si problématique du cantonnement dans des camps militaires. L’idée serait désormais qu’ils restent dans leur communauté d’origine. Cette approche écarte, également, toute réintégration collective de combattants dans les FARDC.

Après avoir suscité un certain scepticisme des principaux bailleurs de la RDC et de la Monusco, celle-ci semble désormais avoir l’assentiment de la majorité d’entre-eux. La plupart des ambassadeurs occidentaux ont ainsi soutenu ce principe après une rencontre avec le président, le 22 octobre, à laquelle aucun ministre du FCC n’était présent.

Le camp du président butte, en effet, sur la présence de proches de Kabila à des postes clés. Jusqu’à présent, les programmes de DDR sont en effet coordonnés par le Plan de stabilisation et de reconstruction de l’est de la RDC (Starec), l’agence congolaise censée les mettre en oeuvre avec la communauté internationale. C’est également cette structure qui contrôle le Fond de cohérence pour la stabilisation (FCS) abondé par les bailleurs.

Or le Starec est coordonné par Alain Kasindi, un homme réputé proche de Néhémie Mwilanya, le coordonnateur national du FCC, et est placé sous l’autorité de la vice-Premier ministre et ministre du Plan, Elysée Munembwe, elle aussi du FCC.

Selon une source proche du dossier, le camp Tshisekedi voit le dispositif comme un outil de captation des fonds au profit du FCC. Selon une source onusienne, le président entend créer par ordonnance une nouvelle structure, rattachée à la présidence, qui permettrait notamment de contrôler le Starec. C’est ainsi que le président a annoncé, à Goma, la nomination prochaine d’un coordonnateur national du DDR communautaire.

Restera à régler la question du financement de ces projets. Lors de sa visite à Goma, le président a annoncé que 50 millions de dollars seraient attribués au DDR. Selon une source à la Banque mondiale, cet argent n’était pourtant pas destiné à financer le DDR-C, mais le “Fonds social pour la RDC”, afin de soutenir les communautés touchées par les violences. Mise devant le fait accompli, la Banque toutefois a finalement annoncé « un projet dédié de stabilisation pour soutenir l’initiative des gouverneurs dans l’Est », dont les contours ne sont pas encore définis.

Par ailleurs, la RDC est éligible à un nouveau financement dans le cadre de l’allocation prévention et résilience (PRA) de la Banque mondiale. De source diplomatique européenne, cette enveloppe est de 700 millions de dollars. Mais le gouvernement congolais doit remplir plusieurs conditions pour débloquer ce programme, dont la publication d’une stratégie globale pour la stabilisation du pays. A ce jour, la Banque mondiale estime que cette condition n’est pas remplie.