Le nouveau programme de désarmement et démobilisation peut-il réussir ?

Armes rassemblées en vue de leur destruction à Goma (Nord-Kivu), en novembre 2013 (Photo MONUSCO/South African Battalion).

Par Reagan El Miviri, analyste au Baromètre sécuritaire du Kivu, et Pierre Boisselet, coordonnateur du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Début août, le président de la République, Félix Tshisekedi, a nommé un Coordonateur national à la tête du nouveau programme de Démobilisation, désarmement, relèvement communautaire et stabilisation (DDRCS). Ce type de programme paraît essentiel pour mettre l’est de la RDC sur le chemin de la paix. Cependant, toutes les tentatives de DDR précédentes ont largement échoué. En ira-t-il autrement pour celle-ci ?

Le 7 août 2021, le président Tshisekedi a nommé Emmanuel Tommy Tambwe Rudima au poste de Coordonnateur national du nouveau Programme de Désarmement, Démobilisation et Relèvement communautaire et Stabilisation (P-DDRCS), institué un mois plus tôt. 

Cela faisait des mois, voire des années, que cette annonce était attendue. Depuis l’échec du troisième programme de « Désarmement, démobilisation et réintégration » dans l’est de la RDC (DDR3), qui devait commencer en 2015 mais n’a jamais véritablement vu le jour, le pays n’avait plus de programme de cette nature. En décembre 2019, le Conseil de sécurité des Nations-Unies « demandait » déjà au gouvernement congolais la « nomination d’un coordonnateur principal chargé des questions de désarmement, de démobilisation et de réintégration »

Ce type de programme paraît en effet indispensable pour espérer progresser sur la voie de la paix dans l’est de la RDC.

Pourquoi est-il nécessaire d’avoir un programme de DDR ?

Les approches, principalement militaires, qui ont été privilégiées par Félix Tshisekedi depuis son arrivée à la présidence, en janvier 2019, n’ont toujours pas amené les résultats espérés. Elles ont même parfois contribué à aggraver la situation, comme lors de l’offensive « de grande envergure », lancée contre les Forces démocratiques alliées (ADF) fin octobre 2019, et qui a été suivie par une vague de massacres contre les civils inédite depuis celle de 2014-15.

L’« état de siège », mis en place dans les province de l’Ituri et du Nord-Kivu à partir du 6 mai dernier n’a pas, non plus, permis d’atteindre les résultats escomptés pour l’instant. Celui-ci a essentiellement consisté dans le transfert de très larges parties du pouvoir civil à des gouverneurs, administrateurs de territoire et maires militaires ou policiersOr les massacres de civils se sont poursuivis depuis son entrée en vigueur : au moins 723 civils ont été tués par des acteurs armés au Nord-Kivu et en Ituri depuis le 6 mai (des recoupements sont encore en cours à propos de tueries supplémentaires survenues à cette période). Les ADF, le plus meurtrier des 122 groupes armés répertoriés par le KST dans l’est de la RDC, sont en cause dans la majorité de ces massacres (ils sont impliqués dans la mort d’au moins 396 civils). Ces derniers mois, son rayon d’action s’est notamment déplacé vers les territoires d’Irumu et de Mambasa en province d’Ituri.  L’armée et la police sont quant à eux impliqués dans la mort d’au moins 65 civils.

Conséquence : l’état de siège, qui faisait presque l’unanimité au sein de la classe politique lors de son lancement, fin avril, est désormais critiqué. Pointant l’insuffisance des résultats, et exigeant que le ministre de la Défense vienne s’expliquer, 90 députés nationaux ont ainsi boycotté le vote de la prorogation de l’état de siège, le 3 août

Dans ce contexte, le nouveau « P-DDRCS », pour « Programme de désarmement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation » pourrait-il faire avancer la paix dans l’est de la RDC ? 

Les négociations engagées, ces derniers mois, entre les FARDC et les groupes armés dans la zone du « petit nord » (les territoires de Nyiragongo, Rutshuru, Masisi, Walikale, et le Sud de celui de Lubero), ont entraîné des redditions. Néanmoins, aucun des principaux chefs de milice ne s’est jusque-là livré aux autorités, ce qui rend ces progrès réversibles. De plus, les redditions antérieures montrent que ces gains sont rarement durables sans programme de DDR correctement financé et organisé permettant une réelle prise en charge des combattants. Les anciens combattants du Nduma defense of Congo-Rénové (NDC-R), cantonnés à Rumangabo (territoire de Rutshuru, Nord-Kivu), ont par exemple plusieurs fois pillé les villages environnant pour obtenir de la nourriture, comme le 25 mai dernier. Bon nombre de “rendus” ont également repris le chemin de la brousse et regagné leur groupe armé. Par ailleurs, en l’absence de programme de DDR pour prendre le relai, la plupart des accords de paix et médiations tentées ces dernières années sont restées lettre morte.

Depuis 2003, au moins trois programmes de DDR ont été organisés dans le pays, sans permettre d’avancées décisives. Une partie significative des membres actuels des groupes armés est passée par ces programmes de DDR, avant de reprendre les armes dans un mouvement de « retour circulaire » et de « recyclage des rebelles ».

Alors, ce nouveau programme de DDRC-S a-t-il des chances de réussir là où les précédents ont échoué ? 

Un nouveau coordonnateur controversé

Les premières réactions à la nomination de Tommy Tambwe au poste de coordonnateur national n’ont pas été très encourageantes. Son profil d’ancien cadre du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD, pour lequel il fut notamment vice-gouverneur du Sud-Kivu) et de dirigeant de l’Alliance de libération de l’est du Congo (Alec), deux rébellions soutenues par le Rwanda, a provoqué de l’hostilité de membres de la société civile. Le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, a fait part de sa « circonspection », estimant « qu’il faudrait rompre avec les politiques visant à accorder des promotions à ceux qui devraient répondre de leurs actes devant la justice ». L’ONG Human Rights Watch (co-fondatrice du KST) a estimé dans un communiqué que cette nomination soulevait « de sérieuses inquiétudes ».

Du côté des groupes armés, la réception n’a pas été beaucoup plus chaleureuse. La Coalition des mouvements pour le changement (CMC), l’une des principales coalitions de milices de la région du « Petit nord », et qui devrait être, à ce titre, une des cibles importantes du P-DDRCS a déclaré son hostilité à cet homme qu’il qualifie de « marionnette » et de « mercenaire des agresseurs de notre pays ».

Au Sud-Kivu, d’où Tommy Tambwe est originaire, cette nomination semble aussi poser problème. Des organisations de la société civile aussi diverses que la Solidarité des jeunes fuliiru (Sojef) et le Comité de coordination des mutualités Banyamulenge, ont dénoncé ce choix.

Le nouveau coordonnateur national du P-DDRCS balaie toutefois ces critiques. Lors d’un entretien avec le KST, à Kinshasa le 1er septembre, il assurait que, dès son premier voyage dans l’est de la RDC sa délégation allait « améliorer les conditions de vie de ceux qui se sont déjà rendus », mais promettait aussi « que de nombreux nouveaux combattants se rendront et seront accueillis. »  Ce voyage devait avoir lieu dans les provinces de « l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Tanganyika et du Maniema ».

Les bailleurs soutiendront-ils le nouveau programme ?

Un autre défi l’attend : convaincre les bailleurs de soutenir ce programme. Tommy Tambwe affirme que l’Etat congolais va contribuer par des financements propres à ce programme« Nous avons récupéré 1,1 millions de dollars qui étaient sur les lignes budgétaires du STAREC et du PN-DDRC » [deux institutions que le P-DDRC remplace], a-t-il précisé au KST. « Cela servira pour le fonctionnement immédiat, mais c’est insuffisant. Nous sommes en train de voir avec la Primature pour chercher des crédits supplémentaires au sein du budget déjà voté de 2021. Et puis nous allons élaborer un budget pour 2022. »

Le niveau de soutien de l’Etat reste donc à définir. On peut craindre qu’il demeure insuffisant sans le concours de donateurs étrangers. Le DDR3 avait notamment échoué sur cette question : les bailleurs potentiels, échaudé par les soupçons de corruption et détournement de fonds dans les programmes antérieurs, avaient estimé que les garanties nécessaires n’étaient pas réunies.

La communauté internationale a un a priori favorable à l’égard du nouveau P-DDRC? Lors de la présentation de l’idée d’un DDR communautaire par les gouverneurs du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri en octobre 2020, les ambassadeurs de l’Union européenne, des États-Unis d’Amérique, de la Grande Bretagne et du Canada avaient annoncé leur soutien.

Néanmoins, un premier accroc est survenu lors de la publication de l’ordonnance instituant le « P-DDRCS » le 4 juillet. Un diplomate occidental interrogé par le KST a ainsi été désagréablement surpris de constater que la structuration du programme donne moins de pouvoir aux trois provinces les plus touchées par l’insécurité qu’il ne l’espérait : il craint une centralisation du programme qui risque de nuire à son efficacité.

Le profil de Tommy Tambwe a également suscité des inquiétudes de la part des diplomates occidentaux en poste à Kinshasa, inquiétudes renforcées par la réaction de la société civile et des groupes armés. Cependant, aucun pays étranger n’a critiqué publiquement cette nomination, laissant la porte ouverte à une collaboration. Selon une source proche du dossier, les bailleurs ne tenteront pas non plus de faire changer d’avis le président de la République au sujet de sa nomination. Reste toutefois à savoir s’ils seront disposés à financer le programme. 

Le 24 août, à Kinshasa, Tommy Tambwe a rencontré huit délégations diplomatiques (celles des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l’Union européenne et de plusieurs de ses états membres, notamment). Plusieurs sources ayant pris part à cette rencontre indiquent que celle-ci s’est plutôt bien passée : les délégations ont eu le sentiment que leurs préoccupations étaient prises en compte par le nouveau coordonnateur du P-DDRCS et son équipe. Elles doivent, notamment, être invitées à faire partie de son comité de pilotage. 

Mais cela n’a pas résolu tous les problèmes. Selon une source au sein de la Banque mondiale, cette dernière a d’ores et déjà écarté l’idée de financer directement le P-DDRCS. Cela n’exclut pas le financement de projets dans le cadre de ce programme, mais la Banque – et toutes les diplomates avec lesquels le KST a pu échanger – semble vouloir éviter de financer la structure nationale en tant que telle. Ceci pourrait, à terme, poser des problèmes en affaiblissant la capacité du P-DDRCS à administrer l’ensemble, avec notamment la réalisation de tâches telles que l’identification et le suivi des combattants démobilisés. Ces bailleurs n’excluent cependant pas de fournir un appui technique au programme, de même que la Monusco, qui s’est s’est également engagée à soutenir le nouveau dispositif

Quelle stratégie adopter ? 

Pour que le P-DDRCS fonctionne, il lui faudra aussi une stratégie capable de tenir compte des échecs précédents.

Il a quelques arguments en sa faveur. Tout d’abord, le contexte politique a changé par rapport aux précédents programmes : après 18 ans de règne de Joseph Kabila, l’accession à la tête du pays d’un président qui n’a pas participé aux conflits armés de ces deux dernières décennies constitue une fenêtre d’opportunité pour convaincre les groupes armés de déposer les armes. 

La lutte contre le régime de Joseph Kabila a longtemps été avancée par les leaders de groupes armés comme une justification de leur combat. Dès l’arrivée à la présidence de Félix Tshisekedi, en janvier 2019, plusieurs groupes avaient spontanément émis la volonté de rejoindre un processus de DDR afin de « servir » le pays

Ensuite, si on peut s’interroger sur la pertinence de l’état de siège pour lutter contre l’insécurité dans l’est, celui-ci signale la volonté du pouvoir d’agir sur cette question. Comme le soulignait le porte-parole du gouvernement dans l’émission Débat africain, l’état de siège mise sur un effet psychologique : il montre un engagement du gouvernement à mettre fin à l’activisme de groupes armés dans les provinces concernées. 

Autre atout du programme P-DDRCS : il est le fruit de la fusion entre le STAREC et le Programme national de DDR, deux institutions qui relevaient auparavant de deux ministères différents (Plan pour le Starec et Défense pour le PN-DDR), ce qui engendrait des doublons et conflits de compétence. 

Pour autant, les compétences dans la conduite de la politique sécuritaire de l’Etat congolais dans l’est n’ont pas été entièrement clarifiées. Elles resteront éclatées entre le P-DDRCS, relevant de la présidence, le ministère de la défense, occupé par Gilbert Kabanda, et le Mécanisme de suivi de l’accord d’Addis-Abeba (MNS), dirigé par Claude Ibalanky.

Reste enfin à mettre sur pied une stratégie précise et convaincante. Ce programme se veut « communautaire ». Cela paraît être une piste intéressante. Dans « trancher le nœud gordien de l’insécurité », le Rift Valley Institute argumentait, en 2013, que le précédent programme était insuffisamment communautaire. Les auteurs notaient qu’en ciblant les combattants seulement, le DDR n’a pas facilité les efforts de réconciliation car « les communautés qu’ils regagnaient ont eu l’impression que l’on récompensait ceux qui avaient pris les armes en leur donnant de l’argent et une formation professionnelle. » 

Lors de son premier voyage dans l’est de la RDC, Tommy Tambwe devrait « mettre en place dans chaque province des « Cadre de concertation pour la paix et d’appui au programme (CCAP) avec les autorités, la société civile, les chefs coutumiers, les confessions religieuses, les mutualités tribales, les ONGs, des jeunes, des femmes, etc », a-t-il indiqué au KST. « On ne veut pas qu’on vienne nous dire après « on n’a pas été associés au processus” », a-t-il ajouté.

Néanmoins, la stratégie elle-même doit encore être développée avec les techniciens de la Monusco, a-t-il précisé. 

Le dilemme de la réintégration

Cette stratégie se heurtera immanquablement à la réinsertion sociale des combattants dans les communautés et à la question de leur éventuelle intégration dans l’armée.

L’offre d’alternatives économiques aux ex-combattants est une composante essentielle de la réinsertion dans la communauté. Cependant, ces alternatives doivent être adaptées. Par le passé, les programmes de réinsertion ont orienté les ex-combattants vers des activités (moulins,  salons de coiffure etc) mal adaptées car ils n’avaient pas les compétences nécessaires à leur gestion.

Par ailleurs, l’ordonnance instituant le DDRCS précise que l’intégration dans l’armée ne se fera que sur une base individuelle : une façon d’écarter la possibilité d’intégration collectives, qui ont eu lieu par le passé. Cette intégration militaire est l’une des lignes rouges de la communauté internationale  et de la société civile car, estiment-elles, elle perpétue le cycle de violence et l’impunité en créant une incitation à prendre les armes pour bénéficier à terme de ce type de programme. 

Cependant cette intransigeance risque d’être difficile à appliquer, notamment pour les groupes armés qui ont déjà commencé un processus de démobilisation. C’est par exemple le cas de l’Union des Patriotes pour la libération du Congo (UPLC) ou encore Front des Résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) qui ont reçu la promesse d’être réintégrés dans l’armée, avec reconnaissance de leurs grades. C’est sur cette base qu’ils ont accepté de se cantonner. L’espoir d’une amnistie et d’intégration au sein des FARDC est par ailleurs souvent l’une des motivations principales conduisant les groupes armés à se rendre. Selon certains rapports, le chef historique du Nduma defense of Congo-Rénové (NDC-R) Guidon Shimiray aurait encore récemment émis ce type de condition avant d’envisager sa reddition. 

Les nouveaux animateurs du P-DDRCS devront donc tout à la fois convaincre des bailleurs sceptiques de leur capacité de construire un programme efficace, puis réussir sa mise en œuvre ; rompre avec les pratiques du passé tout en trouvant le moyen de motiver les combattants à se rendre. Cela ne sera pas une mince affaire. 

Les dialogues intercommunautaires ramèneront-ils la paix sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu ?

A Mikenge, sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu le 1er juin 2020. Photo Monusco / Alain Likota.

Un accord a été signé le 31 mars 2021 à Kinshasa, entre les représentants des différentes communautés présentes sur les hauts et moyens plateaux du Sud-Kivu. Modestes, les organisateurs du dialogue reconnaissent qu’il ne suffira pas à lui seul à ramener la paix. Mais est-on sur la bonne voie ?

Par Pierre Boisselet, coordonateur du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Le 31 mars se concluait, à Kinshasa, le « dialogue intercommunautaire pour la paix, la sécurité et le développement dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Mwenga et Uvira ». Pendant trois jours, celui-ci a réuni des « représentants » des communautés Babuyu, Banyindu, Barundi, Bavira, Babembe, Bafuliru et Banyamulenge à l’hôtel Béatrice, dans la capitale congolaise. Cette conférence concluait un processus mené par l’ONG internationale Interpeace, avec le soutien du Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO) britannique, pour faire baisser la tension sur les hauts plateaux du Sud-Kivu.

Zone instable

Cette zone instable depuis des décennies a connu un regain de violence depuis 2016, et surtout depuis 2018. Elle est le principal foyer de la communauté Banyamulenge, qui vit traditionnellement de l’élevage (la transhumance du bétail est régulièrement source de conflit) et parle une langue proche de celles parlées au Rwanda et au Burundi. Historiquement marginalisée et discriminée, cette communauté a vu certains de ses membres rejoindre le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame, puis des groupes armés soutenus par le Rwanda, tels que l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) et le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), dans les années 1990 et 2000, qui ont commis des exactions contre des civils du Sud-Kivu, parfois dans le cadre de conflits locaux.

Cela a contribué à renforcer la défiance et les discriminations à son égard et favorisé la création de groupes armés issus d’autres communautés, notamment de type Mai-Mai. A partir de 2018, la situation s’est à nouveau considérablement dégradée à la suite d’exactions commises par le groupe armé issu de la communauté banyamulenge « Gumino » (« restons-ici ») contre des civils, dont des chefs traditionnels d’autres communautés (comme le chef Munyindu Kawaza Nyakwana, assassiné), la présence de rebelles rwandais du Rwanda national congress (RNC) de Kayumba Nyamwasa dans la zone, et le décret confirmant la création de la commune rurale de Minembwe avec un bourgmestre munyamulenge à sa tête, qui devait ainsi échapper à l’autorité du groupement de Basimunyaka-Sud.

Nombreuses exactions

Une importante coalition de groupes armés, composée notamment des Mai-Mai Yakutumba, Ebu-Ela Mtetezi ou encore Biloze Bishambuke (issus de communautés dites « autochtones ») et des rebelles burundais de la Résistance pour un Etat de droit (RED-Tabara), que les autorités burundaises accusent d’être soutenus par le Rwanda, s’est formée pour combattre les Gumino. Ceux-ci ont commis de nombreuses exactions contre les villages banyamulenge, brûlant ces derniers, pillant leur bétail, et les forçant, de fait, à vivre dans quelques enclaves comme celle de Minembwe. De leur côté, les milices « d’autodéfense » Twigwaneho sont devenues le principal mouvement armé issu de la communauté banyamulenge, lequel a également commis des exactions toutes aussi nombreuses contre des civils d’autres communautés, provoquant également des déplacements. En août dernier, le Bureau de coordination humanitaire de l’ONU estimait à 110 000 le nombre de déplacés (toutes communautés confondues) dans la zone.

A partir de janvier 2020, Interpeace, une ONG internationale travaillant dans la résolution des conflits, a tenté d’apporter des solutions à ce problème, au moyen d’un processus communautaire. La réunion du 29 au 31 mars n’est, en effet, que l’aboutissement d’une séquence entamé au début de l’année dernière, incluant un accord de cessez-le-feu en mars 2020 (qui n’aura eu que peu d’effets durables sur le terrain) et des dialogues « intracommunautaires » .

D’après les conclusions de la réunion de Kinshasa, les représentants des différentes communautés ont constaté des convergences et des divergences persistantes, émis des recommandations et pris des engagements tels que celui de se « désolidariser des groupes armés étrangers », de « déposer les armes […] au terme d’un processus de cessez-le-feu » ou encore « de sensibiliser leurs populations respectives à éviter la détention d’armes et à oeuvrer à la paix et à la sécurité ».

Lire les conclusions du dialogue (PDF)

Des points assez généraux et peu précis, donc, qui ne désignent pas clairement les acteurs, les moyens ou le calendrier par lequel ils doivent être mis en œuvre. Les participants espèrent néanmoins que le gouvernement s’appuiera sur ce texte pour établir une « feuille de route » visant à ramener la paix. Pour avoir une chance, celle-ci devrait aller bien au-delà des recommandations, en incluant notamment une réforme de l’administration locale, des services de sécurité et un processus de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) fonctionnel.

Les résultats de l’accord de Kinshasa n’ont, en tout cas, pas été immédiatement visibles. Les représentants de la communauté Bavira ont rejeté les conclusions du processus, estimant qu’ils avaient été marginalisés. Et plusieurs incidents sécuritaires ont eu lieu dans la zone des hauts plateaux depuis, comme à Rubarati le 31 mars (affrontements entre Twigwaneho et groupes Mai-Mai), le 1er avril à Kitanda (une femme munyamulenge tuée) ou encore le 4 avril (nouvel affrontement entre Twigwaneho et Biloze Bishambuke).

Faiblesse des interventions pour la paix

A lui seul, ce dialogue ne ramènera donc pas la paix. Ce n’était d’ailleurs pas l’ambition des organisateurs. Mais est-ce un pas dans la bonne direction ? Les exemples passés sont peu encourageants. Entre 2006 et 2020, au moins 15 processus d’accords locaux ont été organisés dans l’Est du Congo, selon une étude de Claude Iguma Wakenge et Koen Vlassenroot parue en juillet 2020. Ces processus ont été mis en œuvre par des acteurs aussi divers que des ONG (Life and peace institute notamment), la Mission des Nations-Unies en RDC (Monusco) ou encore les agences de développement suédoises ou suisse. Mais aucun des territoires visés n’a retrouvé de paix durable. « L’échec général à rendre tangible les accords locaux révèle la faiblesse des interventions pour la paix dans l’Est du Congo », notent les auteurs.

Dans un rapport à paraître analysant le conflit sur les hauts-plateaux (intitulé « Mayhem in the mountains »), Judith Verweijen, Juvénal Twaibu, Moïse Ribakare, Paul Bulambo et Freddy Mwambi Kasongo sont plus critiques encore à l’égard de ce type de processus. Selon eux les « dialogues intercommunautaires peuvent involontairement aboutir à aggraver plutôt qu’atténuer les dynamiques de conflit et de violence ». Parmi les risques évoqués, celui de masquer les conflits internes, de renforcer l’attribution des violences aux communautés (plutôt qu’aux groupes armés eux-mêmes) et ainsi accroître la stigmatisation. Cette logique était visiblement à l’œuvre à l’hôtel Beatrice si l’on en croit certaines conclusions, comme par exemple l’accusation de « facilitation par les Barundi des migrations clandestines et infiltration des étrangers ».

« L’argument développé dans ce rapport est sans doute intéressant, mais dans une situation de crise pareille, les gens s’identifient très fortement à leur communauté » commente une source onusienne qui a souhaité garder l’anonymat. « On ne peut pas nier cette réalité et la forme intercommunautaire peut être utile ».

Interpeace a en tout cas tenté de tenir compte des écueils passés. Consciente des divisions au sein des communautés, l’ONG avait notamment organisé une série de dialogues « intracommunautaires » pour chacune des communautés en 2020 afin d’aplanir les différends et dégager des représentants consensuels. Cela avait toutefois eu certains effets pervers : la conclusion de la réunion intracommunautaire Bembe, en mars 2020, par exemple, a qualifié les Banyamulenge de « Rwandais soi-disant banyamulenge », ce qui n’allait pas dans le sens d’un apaisement.

Manque de coordination

En revanche, le processus a reproduit certains problèmes identifiés dans ces études antérieures, dont le manque de coordination entre les différentes initiatives. Pendant qu’Interpeace menait son processus sur les hauts-plateaux sous financement britannique à partir de janvier 2020, une initiative parallèle, voire concurrente, se développait pour obtenir un cessez-le-feu entre groupes armés du Sud-Kivu : le processus de Murhesa, mené par les ONG Search for common ground (SFC) et Initiative pour un leadership cohésif (ILC) avec des financements des Pays-Bas, de la Suisse et de la Suède, aboutissant à la signature d’un autre cessez-le-feu (également peu respecté) en septembre 2020. Un poste de coordonateur du « peacebuilding » au sein du forum des ONG internationales serait en cours de création pour tenter de résoudre ce problème.

Mais il en était d’autres, comme le déficit de participation des autorités. La plupart des « recommandations » des participants au dialogue s’adressaient ainsi au gouvernement national, comme la gestion du dossier de la commune rurale de Minembwe, la mise en place d’un processus de DDR, ou encore l’établissement d’une feuille de route. Tous les participants auxquels nous avons pu parler ont insisté sur le fait que ce dialogue ne pourra avoir d’effet positif qu’à condition que le gouvernement s’en saisisse. Or les ministres nationaux présents lors du dialogue (celui de l’Intérieur Gilbert Kankonde et de la Défense Aimé Ngoy Mukena) appartiennent à un gouvernement démissionnaire et pourraient être remplacés lors de la nomination du nouveau gouvernement.

Les prochains ministres de l’Intérieur et de la Défense transformeront-ils ces recommandations en programme d’action ? C’est incertain, et il aurait sans doute été préférable que ce dialogue se tienne sous l’égide du nouveau gouvernement. Or le financement octroyé par le FCDO pour ce projet se terminait le 31 mars, ce qui a précipité la tenue des assises. Des discussions ont bien eu lieu en vue d’un report de la fin du financement (et donc de la réunion) à mai, mais elles n’ont pas abouti. « La présidence a été impliquée et c’est d’ailleurs le chef de la maison civile du chef de l’Etat, Bruno Miteyo qui a modéré le dialogue », relativise une source au sein d’Interpeace. « Les futurs ministres seront briefés et poursuivront le processus ».

L’autre catégorie d’acteurs capable d’agir sur le conflit, ce sont les groupes armés eux-mêmes. Or dans le cas des discussions de Kinshasa, ils étaient très minoritaires parmi les invités, n’ont pris que des engagements vagues et surtout, sans qu’il soit certain que les délégués auront la capacité de les faire appliquer au groupe armé qu’ils étaient supposés représenter. Le groupe de Michel Rukunda, alias Makanika, devenu l’un des principaux acteurs armés des hauts-plateaux, récemment renforcés par l’arrivée d’ex-officiers des FARDC, n’était par exemple pas représenté. Selon une source proche des organisateurs, acheminer plus de représentants des groupes armés à Kinshasa présentait des difficultés juridiques et sécuritaires, or les autres participants avaient insisté pour une tenue dans la capitale pour impliquer les élites nationales.

Alors, le processus initié par Interpeace pourrait-il malgré tout engendrer des avancées ? Une des conditions serait que la Monusco, les groupes armés et le futur gouvernement congolais convergent pour se saisir de ses conclusions et les étoffer pour en faire une feuille de route complète, incluant les réformes profondes nécessaires pour sortir de cette situation. Ce dialogue n’était sans doute pas le dernier.