Les dialogues intercommunautaires ramèneront-ils la paix sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu ?

A Mikenge, sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu le 1er juin 2020. Photo Monusco / Alain Likota.

Un accord a été signé le 31 mars 2021 à Kinshasa, entre les représentants des différentes communautés présentes sur les hauts et moyens plateaux du Sud-Kivu. Modestes, les organisateurs du dialogue reconnaissent qu’il ne suffira pas à lui seul à ramener la paix. Mais est-on sur la bonne voie ?

Par Pierre Boisselet, coordonateur du Baromètre sécuritaire du Kivu.

Le 31 mars se concluait, à Kinshasa, le « dialogue intercommunautaire pour la paix, la sécurité et le développement dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Mwenga et Uvira ». Pendant trois jours, celui-ci a réuni des « représentants » des communautés Babuyu, Banyindu, Barundi, Bavira, Babembe, Bafuliru et Banyamulenge à l’hôtel Béatrice, dans la capitale congolaise. Cette conférence concluait un processus mené par l’ONG internationale Interpeace, avec le soutien du Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO) britannique, pour faire baisser la tension sur les hauts plateaux du Sud-Kivu.

Zone instable

Cette zone instable depuis des décennies a connu un regain de violence depuis 2016, et surtout depuis 2018. Elle est le principal foyer de la communauté Banyamulenge, qui vit traditionnellement de l’élevage (la transhumance du bétail est régulièrement source de conflit) et parle une langue proche de celles parlées au Rwanda et au Burundi. Historiquement marginalisée et discriminée, cette communauté a vu certains de ses membres rejoindre le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame, puis des groupes armés soutenus par le Rwanda, tels que l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) et le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), dans les années 1990 et 2000, qui ont commis des exactions contre des civils du Sud-Kivu, parfois dans le cadre de conflits locaux.

Cela a contribué à renforcer la défiance et les discriminations à son égard et favorisé la création de groupes armés issus d’autres communautés, notamment de type Mai-Mai. A partir de 2018, la situation s’est à nouveau considérablement dégradée à la suite d’exactions commises par le groupe armé issu de la communauté banyamulenge « Gumino » (« restons-ici ») contre des civils, dont des chefs traditionnels d’autres communautés (comme le chef Munyindu Kawaza Nyakwana, assassiné), la présence de rebelles rwandais du Rwanda national congress (RNC) de Kayumba Nyamwasa dans la zone, et le décret confirmant la création de la commune rurale de Minembwe avec un bourgmestre munyamulenge à sa tête, qui devait ainsi échapper à l’autorité du groupement de Basimunyaka-Sud.

Nombreuses exactions

Une importante coalition de groupes armés, composée notamment des Mai-Mai Yakutumba, Ebu-Ela Mtetezi ou encore Biloze Bishambuke (issus de communautés dites « autochtones ») et des rebelles burundais de la Résistance pour un Etat de droit (RED-Tabara), que les autorités burundaises accusent d’être soutenus par le Rwanda, s’est formée pour combattre les Gumino. Ceux-ci ont commis de nombreuses exactions contre les villages banyamulenge, brûlant ces derniers, pillant leur bétail, et les forçant, de fait, à vivre dans quelques enclaves comme celle de Minembwe. De leur côté, les milices « d’autodéfense » Twigwaneho sont devenues le principal mouvement armé issu de la communauté banyamulenge, lequel a également commis des exactions toutes aussi nombreuses contre des civils d’autres communautés, provoquant également des déplacements. En août dernier, le Bureau de coordination humanitaire de l’ONU estimait à 110 000 le nombre de déplacés (toutes communautés confondues) dans la zone.

A partir de janvier 2020, Interpeace, une ONG internationale travaillant dans la résolution des conflits, a tenté d’apporter des solutions à ce problème, au moyen d’un processus communautaire. La réunion du 29 au 31 mars n’est, en effet, que l’aboutissement d’une séquence entamé au début de l’année dernière, incluant un accord de cessez-le-feu en mars 2020 (qui n’aura eu que peu d’effets durables sur le terrain) et des dialogues « intracommunautaires » .

D’après les conclusions de la réunion de Kinshasa, les représentants des différentes communautés ont constaté des convergences et des divergences persistantes, émis des recommandations et pris des engagements tels que celui de se « désolidariser des groupes armés étrangers », de « déposer les armes […] au terme d’un processus de cessez-le-feu » ou encore « de sensibiliser leurs populations respectives à éviter la détention d’armes et à oeuvrer à la paix et à la sécurité ».

Lire les conclusions du dialogue (PDF)

Des points assez généraux et peu précis, donc, qui ne désignent pas clairement les acteurs, les moyens ou le calendrier par lequel ils doivent être mis en œuvre. Les participants espèrent néanmoins que le gouvernement s’appuiera sur ce texte pour établir une « feuille de route » visant à ramener la paix. Pour avoir une chance, celle-ci devrait aller bien au-delà des recommandations, en incluant notamment une réforme de l’administration locale, des services de sécurité et un processus de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) fonctionnel.

Les résultats de l’accord de Kinshasa n’ont, en tout cas, pas été immédiatement visibles. Les représentants de la communauté Bavira ont rejeté les conclusions du processus, estimant qu’ils avaient été marginalisés. Et plusieurs incidents sécuritaires ont eu lieu dans la zone des hauts plateaux depuis, comme à Rubarati le 31 mars (affrontements entre Twigwaneho et groupes Mai-Mai), le 1er avril à Kitanda (une femme munyamulenge tuée) ou encore le 4 avril (nouvel affrontement entre Twigwaneho et Biloze Bishambuke).

Faiblesse des interventions pour la paix

A lui seul, ce dialogue ne ramènera donc pas la paix. Ce n’était d’ailleurs pas l’ambition des organisateurs. Mais est-ce un pas dans la bonne direction ? Les exemples passés sont peu encourageants. Entre 2006 et 2020, au moins 15 processus d’accords locaux ont été organisés dans l’Est du Congo, selon une étude de Claude Iguma Wakenge et Koen Vlassenroot parue en juillet 2020. Ces processus ont été mis en œuvre par des acteurs aussi divers que des ONG (Life and peace institute notamment), la Mission des Nations-Unies en RDC (Monusco) ou encore les agences de développement suédoises ou suisse. Mais aucun des territoires visés n’a retrouvé de paix durable. « L’échec général à rendre tangible les accords locaux révèle la faiblesse des interventions pour la paix dans l’Est du Congo », notent les auteurs.

Dans un rapport à paraître analysant le conflit sur les hauts-plateaux (intitulé « Mayhem in the mountains »), Judith Verweijen, Juvénal Twaibu, Moïse Ribakare, Paul Bulambo et Freddy Mwambi Kasongo sont plus critiques encore à l’égard de ce type de processus. Selon eux les « dialogues intercommunautaires peuvent involontairement aboutir à aggraver plutôt qu’atténuer les dynamiques de conflit et de violence ». Parmi les risques évoqués, celui de masquer les conflits internes, de renforcer l’attribution des violences aux communautés (plutôt qu’aux groupes armés eux-mêmes) et ainsi accroître la stigmatisation. Cette logique était visiblement à l’œuvre à l’hôtel Beatrice si l’on en croit certaines conclusions, comme par exemple l’accusation de « facilitation par les Barundi des migrations clandestines et infiltration des étrangers ».

« L’argument développé dans ce rapport est sans doute intéressant, mais dans une situation de crise pareille, les gens s’identifient très fortement à leur communauté » commente une source onusienne qui a souhaité garder l’anonymat. « On ne peut pas nier cette réalité et la forme intercommunautaire peut être utile ».

Interpeace a en tout cas tenté de tenir compte des écueils passés. Consciente des divisions au sein des communautés, l’ONG avait notamment organisé une série de dialogues « intracommunautaires » pour chacune des communautés en 2020 afin d’aplanir les différends et dégager des représentants consensuels. Cela avait toutefois eu certains effets pervers : la conclusion de la réunion intracommunautaire Bembe, en mars 2020, par exemple, a qualifié les Banyamulenge de « Rwandais soi-disant banyamulenge », ce qui n’allait pas dans le sens d’un apaisement.

Manque de coordination

En revanche, le processus a reproduit certains problèmes identifiés dans ces études antérieures, dont le manque de coordination entre les différentes initiatives. Pendant qu’Interpeace menait son processus sur les hauts-plateaux sous financement britannique à partir de janvier 2020, une initiative parallèle, voire concurrente, se développait pour obtenir un cessez-le-feu entre groupes armés du Sud-Kivu : le processus de Murhesa, mené par les ONG Search for common ground (SFC) et Initiative pour un leadership cohésif (ILC) avec des financements des Pays-Bas, de la Suisse et de la Suède, aboutissant à la signature d’un autre cessez-le-feu (également peu respecté) en septembre 2020. Un poste de coordonateur du « peacebuilding » au sein du forum des ONG internationales serait en cours de création pour tenter de résoudre ce problème.

Mais il en était d’autres, comme le déficit de participation des autorités. La plupart des « recommandations » des participants au dialogue s’adressaient ainsi au gouvernement national, comme la gestion du dossier de la commune rurale de Minembwe, la mise en place d’un processus de DDR, ou encore l’établissement d’une feuille de route. Tous les participants auxquels nous avons pu parler ont insisté sur le fait que ce dialogue ne pourra avoir d’effet positif qu’à condition que le gouvernement s’en saisisse. Or les ministres nationaux présents lors du dialogue (celui de l’Intérieur Gilbert Kankonde et de la Défense Aimé Ngoy Mukena) appartiennent à un gouvernement démissionnaire et pourraient être remplacés lors de la nomination du nouveau gouvernement.

Les prochains ministres de l’Intérieur et de la Défense transformeront-ils ces recommandations en programme d’action ? C’est incertain, et il aurait sans doute été préférable que ce dialogue se tienne sous l’égide du nouveau gouvernement. Or le financement octroyé par le FCDO pour ce projet se terminait le 31 mars, ce qui a précipité la tenue des assises. Des discussions ont bien eu lieu en vue d’un report de la fin du financement (et donc de la réunion) à mai, mais elles n’ont pas abouti. « La présidence a été impliquée et c’est d’ailleurs le chef de la maison civile du chef de l’Etat, Bruno Miteyo qui a modéré le dialogue », relativise une source au sein d’Interpeace. « Les futurs ministres seront briefés et poursuivront le processus ».

L’autre catégorie d’acteurs capable d’agir sur le conflit, ce sont les groupes armés eux-mêmes. Or dans le cas des discussions de Kinshasa, ils étaient très minoritaires parmi les invités, n’ont pris que des engagements vagues et surtout, sans qu’il soit certain que les délégués auront la capacité de les faire appliquer au groupe armé qu’ils étaient supposés représenter. Le groupe de Michel Rukunda, alias Makanika, devenu l’un des principaux acteurs armés des hauts-plateaux, récemment renforcés par l’arrivée d’ex-officiers des FARDC, n’était par exemple pas représenté. Selon une source proche des organisateurs, acheminer plus de représentants des groupes armés à Kinshasa présentait des difficultés juridiques et sécuritaires, or les autres participants avaient insisté pour une tenue dans la capitale pour impliquer les élites nationales.

Alors, le processus initié par Interpeace pourrait-il malgré tout engendrer des avancées ? Une des conditions serait que la Monusco, les groupes armés et le futur gouvernement congolais convergent pour se saisir de ses conclusions et les étoffer pour en faire une feuille de route complète, incluant les réformes profondes nécessaires pour sortir de cette situation. Ce dialogue n’était sans doute pas le dernier.

Sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu, une impasse politique et des désertions en chaîne

Un soldat des FARDC à Minembwe, en octobre 2020 (DR)

Depuis le début de l’année, au moins quatre officiers supérieurs des FARDC ont déserté pour rejoindre un groupe armé sur les hauts plateaux du Sud-Kivu. Leur manque de confiance envers le président Félix Tshisekedi, désormais seul à la tête de la RDC, pour résoudre les problèmes de la zone semble avoir pesé lourd.

Par Pierre Boisselet, coordonnateur du Baromètre sécuritaire du Kivu.

En 2020, la désertion du colonel des FARDC Michel Rukunda alias Makanika avait marqué l’opinion publique congolaise. Depuis début 2021, ce sont déjà quatre officiers supérieurs qui ont quitté les rangs de l’armée congolaise selon les recoupements du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST). Le cas le plus emblématique est celui du colonel Charles Sematama, commandant du 3411e régiment des FARDC de Kitchanga (territoire de Masisi, Nord-Kivu) fin février. Mais on compte aussi celles du lieutenant-colonel Mufoko Jolie Rungwe, du major Patrick Muco ou encore du major Senanda. 


Comme Makanika, ces quatre officiers font partie de la communauté banyamulenge et tous ont rejoint les hauts plateaux du Sud-Kivu et plus particulièrement les Twigwaneho (« défendons-nous » en kinyamulenge), une milice « d’autodéfense » communautaire. 

Certaines de ces désertions ont pu avoir des motivations individuelles. Le colonel Charles Sematama était par exemple cité dans le dernier rapport intérimaire des experts de l’ONU comme coopérant étroitement avec le chef de groupe armé Gilbert Bwira (leader d’une faction dissidente du groupe Nduma defence of Congo-Rénové) et faisait partie d’un groupe d’officiers rappelés à Kinshasa pour une formation. Cela a pu contribuer à ce qu’il se sente menacé d’arrestation.

Néanmoins, l’ampleur de ces défections suggère un problème plus profond. Selon une source diplomatique occidentale, au moins six officiers et vingt militaires auraient quitté les rangs des FARDC en 2021 pour rejoindre les Twigwaneho. Apparu ces dernières années, ce groupe armé était à l’origine un mouvement « d’autodéfense » composé de civils banyamulenge, venus des différents villages de la zone ou de la diaspora. Il demeure largement décentralisé, mais un noyau mieux organisé s’est formé autour de Makanika à Kamombo (territoire de Fizi), lequel a parfois causé de lourdes pertes à l’armée congolaise comme à Tuwetuwe (six morts parmi les FARDC en juillet 2020).

Ces désertions annoncent-elles la naissance d’une grande rébellion contre le pouvoir de Kinshasa au Sud-Kivu ? Cela paraît peu probable à ce stade. L’arrivée d’officiers issus des rangs de l’armée pourrait certes faciliter son organisation. Mais dans le même temps, plusieurs combattants Twigwaneho ont fait défection : neuf se sont rendus à la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) ces dernières semaines selon une source onusienne du KST. « Parmi eux, huit étaient des hutus issus du territoire de Kalehe [Sud-Kivu], à qui on avait promis de l’argent pour surveiller des vaches. Mais face aux assauts des groupes Mai-Mai, ils ne parvenaient pas à se défendre ». Pour l’instant, le mouvement semble donc avoir des difficultés à élargir son recrutement au-delà de sa communauté d’origine. Par ailleurs, les groupes armés banyamulenge demeurent divisés : le leadership incarné par Makanika est contesté par Shyaka Nyamusaraba, chef du groupe, plus petit, des Gumino (« restons-ici » en kinyamulenge). Ces deux groupes se sont par exemple affrontés à Rukuka, en novembre 2020. Surtout, l’immense majorité des officiers banyamulenge présents dans l’armée congolaise, notamment les plus gradés, sont demeurés fidèles au gouvernement de Kinshasa.

La région difficilement accessible des hauts-plateaux (ils culminent à plus de 3 400 mètres d’altitude) demeure toutefois un terreau fertile pour les groupes armés banyamulenge. Depuis la naissance des « Abagirye » (du français “guerriers”) dans les années 1960, des mouvements armés successifs s’y sont constitués, nourris du sentiment d’exclusion, d’insécurité et de discrimination ressentie par cette minorité : traditionnellement composée d’éleveurs, elle parle une langue très proche de celles du Rwanda et du Burundi voisins, ce qui alimente le soupçon qu’ils sont en collusion avec des puissances étrangères. Surtout, contrairement aux autres peuples de la zone qui se considèrent comme “autochtones” (les Bafuliru, Babembe, Banyindu ou Bavira), aucun chef traditionnel munyamulenge ne dispose d’une chefferie, d’un groupement ou d’un secteur (les entités administratives locales sur lesquelles règnent des pouvoirs coutumiers). N’étant majoritaires dans aucune des circonscriptions électorales, les Banyamulenge sont en outre rarement élus. Tout ceci alimente, depuis des décennies, le désir de création d’une entité administrative locale dans laquelle ils seraient majoritaires.

La situation s’est singulièrement dégradée dans les années 1990. L’intégration de certains jeunes banyamulenge dans les rangs de l’Armée patriotique rwandaise (APR) de Paul Kagame a renforcé la perception que la communauté dans son ensemble était au service d’intérêts étrangers. En 1995, le Parlement de transition, à Kinshasa, et les autorités du territoire d’Uvira, ont officiellement exclu les Banyamulenge de la nation zaïroise et demandé leur expulsion, ce qui a amené à de nouvelles discriminations, pillages, et des ralliements plus nombreux encore à l’APR.

Dès 1996, avant l’invasion du pays par l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) de Laurent-Désiré Kabila, soutenue par le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, une avant-garde composée de banyamulenge avait été envoyée pour prendre position dans les hauts-plateaux, provoquant un terrible cycle de massacres, représailles et discriminations. Ce traumatisme, encore vif de nos jours, fait peser sur chaque groupe armé composé de banyamulenge la suspicion d’être le signe avant-coureur d’une guerre régionale, voire d’une « balkanisation » du territoire congolais – thèse, sans fondement, selon laquelle il existerait une conspiration internationale pour diviser la RDC en plusieurs Etats autonomes.  

Du fait de leur appartenance à l’AFDL, puis du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD, une rébellion soutenue par Kigali qui a longtemps contrôlé une large part de l’Est du Congo), certains membres de la communauté Banyamulenge ont accédé à des postes de pouvoir. Ce fut par exemple le cas d’Azarias Ruberwa, qui fut le secrétaire général du RCD. Après les accords de Sun City, mettant fin à la guerre en 2002, il est devenu vice-président de la République démocratique du Congo puis un très proche conseiller du président Joseph Kabila. De nombreux combattants banyamulenge sont par ailleurs devenus des cadres importants des FARDC à la faveur de cet accord et des intégrations successives de rebelles dans ses rangs.

Malgré les accords de Sun City, la violence n’a jamais véritablement disparu des hauts plateaux du Sud-Kivu. Depuis 2016, et surtout 2018, elle a même redoublé d’intensité. Parmi les causes principales cette nouvelle flambée de violence, les exactions commises par les Gumino contre des civils, dont des chefs traditionnels d’autres communauté (comme le chef Munyindu Kawaza Nyakwana, assassiné), l’accueil par ces mêmes groupes de rebelles rwandais du Rwanda national congress (RNC) de Kayumba Nyamwasa, et le décret confirmant la création de la commune rurale de Minembwe, en 2018, qui devait ainsi échapper à l’autorité du groupement de Basimunyaka-Sud. Ceci a généré un puissant discours de haine contre les Banyamulenge et a réactivé la rhétorique de la « balkanisation », reprise notamment par l’opposant Martin Fayulu et plusieurs représentants de l’Eglise catholique.

Sur le terrain, une importante coalition de groupes armés, composée notamment des Mai-Mai Yakutumba, Ebu-Ela Mtetezi ou encore Biloze Bishambuke (issus de communautés dites « autochtones ») et des rebelles burundais de la Résistance pour un Etat de droit (RED-Tabara), soutenus par le Rwanda selon les autorités burundaises, s’est formée pour combattre les Gumino. Ceux-ci ont commis de nombreuses exactions contre les villages banyamulenge, brûlant ces derniers, pillant leur bétail (richesse essentielle sur les hauts-plateaux du Sud-Kivu), et les forçant, de fait, à vivre dans quelques enclaves comme celle de Minembwe. De leur côté, les milices « twigwaneho » sont devenus le principal mouvement armé banyamulenge et ont à leur tour commis des exactions toutes aussi nombreuses sur des civils d’autres communautés présentes sur les hauts plateaux, provoquant également des déplacements. En août dernier, le Bureau de coordination humanitaire de l’ONU estimait à 110 000 le nombre de déplacés (toutes communautés confondues) dans la zone.

Tout ceci n’explique toutefois pas pourquoi cette vague de désertion au sein des FARDC ne s’est-elle produite qu’en 2021 ? L’arrivée sur les hauts-plateaux des Mai-Mai Yakutumba, le plus puissant des groupes armés du Sud-Kivu, dont la présence est avérée depuis le début de l’année a pu jouer un rôle, en augmentant la menace perçue.

Mais cela semble surtout coïncider avec la rupture de la coalition politique nationale entre le Cap pour le changement (Cach) du président Félix Tshisekedi et le Front commun pour le Congo (FCC) de son prédécesseur Joseph Kabila. Les principaux leaders politiques banyamulenge présents sur la scène politique nationale (le ministre de la Décentralisation Azarias Ruberwa et le député Moïse Nyarugabo notamment), appartiennent en effet au FCC de Kabila, et n’ont pas rallié l’Union sacrée de la Nation (USN) voulue par le président après la rupture. « Le président ne nous a même pas invités aux consultations nationales » a ainsi affirmé Moïse Nyarugabo lors d’un entretien avec le KST. 

Si l’autorité de Ruberwa et Nyarugabo est contestée par une partie de leur communauté, aucun nouveau leader politique d’envergure nationale n’a véritablement émergé : les 48 députés de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu ne comptent notamment aucun député banyamulenge. « Ruberwa était contesté, mais nous savions qu’il avait l’oreille de Kabila, explique un notable de la communauté, qui a souhaité garder l’anonymat. Depuis que Kabila a perdu le pouvoir, nous n’avons plus aucun relais politique ». Ce d’autant moins qu’Azarias Ruberwa est actuellement éloigné du pays pour suivre des soins en Afrique du Sud.

De nombreux Banyamulenge doutent également de la volonté et de la capacité de Félix Tshisekedi à les défendre. Dans une interview à BBC Gahuza, le colonel déserteur Charles Sematama a ainsi justifié sa défection en invoquant des promesses non tenues du président de stabiliser la situation.

La proximité de Tshisekedi avec les autorités rwandaises suscite également une grande méfiance. La communauté est certes divisée et les alliances régionales de toutes les factions ne sont pas connues avec certitude. Mais de nombreux Banyamulenge entretiennent des relations tendues avec le gouvernement de Kigali. Ceci était visible lors de la création du Mouvement du 23 mars (M23) en 2012 : presque aucun militaire munyamulenge n’avait rejoint cette nouvelle rébellion dirigée par des tutsis du Nord-Kivu et soutenue par Kigali. Un nombre important d’officiers Banyamulenge, comme le général Jonas Padiri, avaient même été à la pointe du combat des FARDC contre ce mouvement.

Or la coopération sécuritaire entre la RDC et le Rwanda de Paul Kagame est plus que jamais au beau fixe depuis que Tshisekedi a rompu son alliance avec Kabila. Des délégations militaires rwandaises se sont rendues à Kinshasa à deux reprises au moins depuis le début de l’année (dont la dernière, lundi 15 mars, composée d’une dizaine de personnes, principalement des officiers supérieurs rwandais). Et une délégation congolaise, conduite par le conseiller sécurité du président, François Beya, s’est rendue à Kigali en février. « Nous sommes ici pour dire que nous sommes unis et que nous n’aurons jamais de conflits entre nous » avait alors déclaré Beya. 

Par ailleurs, l’implication personnelle de Félix Tshisekedi dans le dossier des hauts-plateaux a été peu appréciée au sein de la communauté.  En janvier 2020, devant la diaspora congolaise à Londres, Tshisekedi avait certes courageusement affirmé que les Banyamulenge étaient Congolais. Hué par le public, il ne s’y est pas à nouveau risqué depuis.

Puis, en octobre 2020, il a pris une position beaucoup moins populaire dans la communauté Banyamulenge. Le bourgmestre de la commune rurale de Minembwe, venait d’être officiellement « installé » lors d’une cérémonie en présence de Ruberwa – et alors qu’aucun autre bourgmestre des communes rurales nouvellement créés n’avait bénéficié du même traitement jusqu’alors. Face au tollé national provoqué par cette cérémonie, le président avait suspendu le processus et annoncé la création d’une commission scientifique qui devait se prononcer sur sa légitimité, ses contours, et proposer des solutions.

« Cette installation prématurée était sans doute une erreur politique. Mais au final, nous sommes obligés de constater que Kabila nous avait donné la commune rurale de Minembwe, et que Tshisekedi nous l’a reprise », déplore le notable munyamulenge.

Cinq mois après cette annonce, la commission scientifique n’a pas été constituée, ni, à fortiori, émis de proposition pour sortir de la crise. En l’absence de processus politique, il est à craindre que davantage de militaires banyamulenge choisissent la voie des armes.